• La lanterne des morts

    24.50 € Sur commande
  • Noyé vif

    Noyé vif

    Johann Guillaud-Bachet

    16.50 € Sur commande

    Du sel sur les plaies

    Un huis-clos maritime à l'écriture cinglante, remarquablement constuit autour des figures constrastées de six matelots amateurs (dont on prend plaisir à découvrir les qualités les travers) et qui met à l'épreuve les nerfs, la conscience et les préjugés de ses personnages...et du lecteur. 
    Un livre qui tient en haleine tout en faisant réfléchir. Une gifle de vagues, de vent et de mots.
    A éviter, peut-être, si l'on s'apprête à partir en croisière...

    Olivier

  • Issak T.1

    7.90 € En stock

    Choc des armes et des cultures !

    Un samouraï qui combat les Espagnols dans l'Europe en flammes du XVIIème siècle !??
    Telle est la situation de départ - étonnante - de ce manga épique, d'inspiration historique.
    Découvrez les secrets du redoutable exilé Issak dans ce premier volume enthousiasmant !

    Olivier

  • Par le vent pleuré

    Par le vent pleuré

    Ron Rash

    19.50 € En stock

    Le mot du libraire

    Un immense roman, qui donne dès son titre, dès les premières lignes, une leçon de littérature. Style mémorable, personnages complexes, intrigue solide vous convoquent au bord d'une petite rivière des Appalaches. Vous y serez témoins d'amours adolescentes, de querelles fraternelles, d'une tragédie sanglante et prendrez conscience, de manière presque sensuelle, des immenses contrastes culturels qui caractérisaient l'Amérique des 70's. Ron Rash est un Maître. Par le lecteur admiré. O.D.

  • Le livre du vent

    15.20 € En stock

    Le mot du libraire

    Une plongée magistrale dans l'histoire moderne du Japon (fin du Shogunat) doublée d'un palpitant récit de sabre. Le trait exceptionnel de Taniguchi et la complexité du scénario permettent d'explorer, entre action et réflexion, un Japon en pleine mutation et de découvrir la figure légendaire du maître d'escrime Yagyû Jûbei. Du travail d'orfèvre.

  • Tortues à l'infini

    21.00 € En stock

    Le mot du libraire

    Evénement ! Le nouveau roman de John green SORTIE MONDIALE LE 10 octobre! Réservez le dès maintenant dans votre librairie

  • Le loup ne viendra pas

    12.70 € En stock

    Le mot du libraire

    Maman, tu es sûre que le loup ne viendra pas? Et si personne, ni même Maman n'avait compris la folle attente du jeune lapin... Myriam Ouyessad et Ronan Badel nous offrent un Album réjouissant!

  • Au milieu de nulle part

    21.90 € Sur commande

    Le mot du libraire

    "Tarantinesque" L’adjectif - supposément laudatif – utilisé par le journal Libération pour célébrer le texte de Roger Smith ne rend pas, en réalité, tout à fait justice à ce roman magistral. L’action, bien présente, ne présente aucun caractère "esthétisant" ou parodique mais se fonde plutôt sur une simplicité réaliste. Les dialogues ne sont pas spécialement "décalés", le livre ne grouille pas de références et d’hommages à des œuvres antérieures, la construction du récit est sans ambition "post-moderne" et la psychologie des personnages patiemment construite. Par ailleurs, si le cynisme, le vice et la violence marquent de leur sombre empreinte de nombreuses pages d’Au milieu de nulle part, ils ne sont que de circonstance et ne constituent pas l’objet du livre. La violence n’est pas célébrée pour elle-même. Elle n’est qu’une conséquence et l’ambition du livre est ailleurs. Il s’agit pour Roger Smith de gratter le vernis du roman national sud-africain contemporain en racontant les trajectoires de personnages d’origines sociales et ethniques diverses. Il s’agit de montrer – de démontrer – que les fractures de l’Apartheid ont été mal réduites et que toutes les composantes de la "nation arc-en-ciel" sont en souffrance. Hantées, abîmées. La société post-raciale est mal née. Peut-être pas née du tout. L’intrigue originelle – Le meurtre de la femme du président sud-africain par…son époux – sert finalement de prétexte à l’exploration et à la description (sans la moindre concession) d’un pays en ruines, divisé, construit sur l’illusion, l’hypocrisie d’une réconciliation. Les "héros" de Smith sont à l’image de leur terre natale : condamnés au tragique. Au milieu de nulle part est un chef d’œuvre d’honnêteté, de lucidité, dont la complexité éclairante est assurément bien plus que… "tarantinesque".
    O.D.

  • Les duellistes

    Les duellistes

    Pierre Chavagné

    22.00 € Sur commande

    Le mot du libraire

    Il était temps, vraiment, que la littérature française renoue avec un genre dont elle fut longtemps (avec Vigny, Sue, Féval, Gautier ou même avec Rostand) une référence. Le roman dit « de cape et d’épée » était ici tombé en désuétude. La noblesse des sentiments, les démonstrations d’héroïsme, les rappels à l’honneur et au devoir, le cliquetis des rapières dans des aubes brumeuses étaient considérés comme éminemment ringards. Peut-être même suspects. La France renonçait donc au panache de l’escrime et des grandes chevauchées, abandonnés à quelques francs-tireurs (Fajardie), ou cantonnés dans le glorieux ghetto de la Fantasy (Pevel, Jaworski…). Qui fait encore lire Dumas à ses enfants ? Il était temps, pardieu, que quelqu’un réagisse et que le capitaine Alatriste puisse trouver un égal français et contemporain. Il convient donc de saluer la valeureuse initiative des éditions Albin Michel et de l’impavide Pierre Chavagné qui osent - avec Les duellistes - reprendre un flambeau presque éteint avec Zevaco. Ce livre est, d’abord, un remarquable roman historique qui montre le colossal et patient travail réalisé par Richelieu pour consolider le « pouvoir central » et limiter l’autonomie de la noblesse d’épée. C’est ensuite, dans ce contexte de grands bouleversements socio-politiques, le tumultueux récit d’amitiés forgées dans le sang, le roman d’amours impossibles, la rencontre de grandes figures du 17ème siècle (Descartes, Saint-Amant…) et surtout le portrait d’une figure exceptionnelle : Le comte de Bouteville-Montmorency, l’homme aux 22 duels, dont les manières, l’insouciance, le courage et la générosité ne manqueront pas d’enthousiasmer les lecteurs passionnés de ce 17ème siècle singulier, où la brutalité s’habillait parfois de dentelles. O.D

  • Desert home

    Desert home

    James Anderson

    • Belfond
    • 2 Mars 2017
    • 9782714474070
    20.00 € Sur commande

    Le mot du libraire

    J’aurais aimé ne pas quitter la route 117 – qui transperce l’Utah – et continuer à arpenter le désert dans le semi-remorque de Ben, ce camionneur bourru devenu un ami dès les premières lignes du roman. J’aurais voulu rencontrer davantage de ces personnages étranges, attachants et perdus que Ben se faisait un devoir de livrer, page après page, malgré les cahots, la fournaise, et une paie aléatoire. Croiser encore John le Prêcheur, portant sa croix de chêne sur le bord de la route, les frères Lacey dans leurs wagons ou encore l’irascible Walt, biker octogénaire au passé douloureux (...). Et surtout revoir Claire, cette femme dont les traits même sont emplis de mystères. Une créature étrange qui joue d’un violoncelle sans cordes, porte un revolver et habite une maison fantôme. Claire, capable de faire fondre Ben, le John Wayne des routiers – honnête et droit malgré les coups durs et les dettes. Vraiment, il m'aurait plu de profiter de leur compagnie bien des chapitres encore, apprivoisant le désert, ses habitants et leurs secrets. Accompagner Ben, encore un peu, et sourire de ses mauvaises vannes. Au-delà de cette page 331, que je vous conseille de ne pas tourner trop vite. Desert Home est un livre à l’écriture limpide, formidablement émouvant et passionnant au point qu’il m’a été pénible de le finir. Je ne saurais assez dire le respect que m’inspirent James Anderson et son traducteur. Lorsque les décors et les personnages d’un livre prennent véritablement vie, lorsque l’on croit à chaque détail, chaque situation, cela signifie – sans le moindre doute – qu’il est signé d’un immense auteur. Anderson fait tout sonner juste. FORMIDABLE ! O.D.

  • Déracinee

    Déracinee

    Naomi Novik

    19.90 € Sur commande

    Le mot du libraire

    En entrant dans la vallée imaginaire de la Polnya, guidé(e) par la prose limpide de l’Américaine Naomi Novik, vous sourirez sans doute, songeant qu’un bon roman est un admirable sortilège. Cet enchantement-ci mérite bien ses prix (Locus, Nebula, finaliste Hugo…) On s’attache si vite, si bien, à la jeune villageoise Agniescza (l’histoire est contée de son point de vue) que c’en est sorcellerie. La sorcellerie d’un roman initiatique bien construit, remarquablement immersif, qui confirme le talent éclatant de son auteur, dont les origines polonaises ont sans doute inspiré la Fantasy slavisante, originale et superbe qui fait le charme singulier de Déracinée. O.D.

  • La naissance du sentiment

    21.00 € Sur commande

    Le mot du libraire

    - Rends-moi le remarquable livre de Kervéan. - « Viens le prendre ! » Vraiment, il aurait été regrettable que Jean-François Kervéan (étoile naissante du roman français - Prix du premier roman en 1994) fût demeuré par la suite un « nègre réputé ». Sorti de l’ombre dont il s’était couvert (Animarex, 1995) et probablement inspiré par Calliope, Kervéan présente avec La naissance du sentiment un livre sensationnel à plusieurs égards. Le premier tour de force du roman est de donner souffle et matière à l’antique et redoutée cité de Sparte. Modèle social, mœurs, lois (sévères) et mode de pensée (spécifique) des Lacédémoniens sont mis en scène, dévoilés sans la moindre pesanteur. L’érudition est ici diffusée par la grâce d’une écriture énergique, fluide, et parfois ironique. L’auteur a beaucoup trop d’humour pour présenter un texte académique, et le voir jouer avec la langue, mais aussi avec les faits et les figures historiques (tics de Léonidas, mégalomanie de Xerxès, lubricité de la pythie de Delphes…) constitue un plaisir permanent. La seconde grande réussite du livre se fonde sur l’idée de départ – simplement géniale – du roman : Gorgophonée, veuve du vaillant Carthas, défie l’implacable loi de sa cité en dissimulant – pour le sauver – une faiblesse physique de son fils nouveau-né. Ce surgissement du sentiment maternel au cœur d’une société qui le réprime est propice au récit d’une grande aventure et au développement de personnages aux destinées passionnantes : Comment le jeune Aphranax va-t-il pouvoir dissimuler un asthme coupable dans le contexte éprouvant d’une éducation martiale ? Quelles ruses l’industrieuse « veuve Carthas » déploiera-t-elle pour protéger son fils ? Comment réagira Leonidas (pas encore entré dans la légende) lorsqu’il découvrira le secret honteux d’Aphranax ? Tels sont quelques-uns des enjeux de cette formidable immersion en terre hellène (sur fond de guerres médiques et de bouillonnement intellectuel propre au « siècle de Périclès »), qui pose dans un style enlevé, audacieux, la question complexe des valeurs occidentales au travers de personnages étonnants. La naissance du sentiment est aussi l'avènement de l’épopée ! O.D.

empty