• Les dieux de Howl Mountain

    Le dynamisme, la jeunesse, l'ambition - et l'universalisme - de la littérature américaine fascinent un lectorat français de plus en plus nombreux, séduit par la qualité et la richesse des grandes traductions proposées par des éditeurs inspirés (Gallmeister) ou des collections remarquablement dirigées (Terre d'Amérique, Albin Michel).
    Francis Geffard - Fondateur du festival "America" de Vincennes - est sans doute l'un des chercheurs d'"or littéraire" américain les plus redoutables.
    Sa dernière pépite est une merveille de "rural noir", genre popularisé par les géniaux Donald Ray Pollock, Brian Panowich ou Ron Rash.
    "Les Dieux de Howl Mountain", second roman du jeune Taylor Brown (36 ans), entraînent le lecteur dans les montagnes de Caroline du Nord, dans les années 50.
    L'endroit n'est pas sans dangers, et la beauté de la nature - abondamment célébrée par l'auteur - ne doit pas rendre distrait.
    Derrière les arbres majestueux brillent les alambics et les flingues des "moonshiners" (trafiquants de bourbon clandestin aux manières assez rudes). Les routes tortueuses servent de pistes pour bolides trafiqués. Les "arbres à bouteille" rappellent la présence des Indiens et de leur sorcellerie.
    L'atmosphère et les paysages s'accorderaient à merveille à la musique envoûtante de Twin Peaks (https://www.youtube.com/watch?v=i7d0Lm_31BE).
    Pas d'agent fédéral pour héros, cependant, mais trois personnages abîmés, dont je puis assurer que vous ne les oublierez jamais.
    Rory, revenu de Corée avec une jambe en moins, essaie de se reconstruire et d'affronter les fantômes de son passé, tout en travaillant pour un baron de l'alcool clandestin menacé par la "concurrence" et par les Fédéraux.
    Sa mère, muette, enfermée dans un hôpital psychiatrique, détient le secret de l'identité de son père.
    Sa grand-mère - "Ma" - personnage piquant, ancienne prostituée vivant de ses talents d'herboriste, s'efforce de le soutenir dans ses épreuves et dans sa quête.
    Le récit  de leurs vies prend immédiatement aux tripes, superbement servi par l'écriture saisissante du sorcier Brown.
    Osez poser un pied sur la Montagne où siffle le vent. Vous y ferez un voyage  que vous ne regretterez pas.
    OD

    Olivier Ducoin

  • Les calendriers

    Peut-être vous souvenez-vous d'une remarquable émission de télévision documentaire (franco-belge) qui fit fureur - sur France 3 - dans les années 90 :
    "Strip tease, l'émission qui vous déshabille", rompant avec les standards du reportage classique, proposait des portraits de personnages hors norme, et l'image dépourvue de commentaires inspirait tendresse (et/ou) railleries.
    Dès les premières pages des "Calendriers" et la description des inoubliables "frères PQ" (deux paysans cauchois hauts en couleurs), il m'a semblé que le texte largement autobiographique de Robert Cottard était un bel héritier littéraire (ou un cousin de papier) du programme télévisé.
    Cet ancien facteur (homme de lettres, définitivement) puise dans ses souvenirs pour raconter un métier parfois étonnant et des rencontres des plus frappantes, souvent liées à la traditionnelle vente des calendriers de la poste, "le troisième lundi de novembre" (quatre cartons à "fourguer"!).
    On s'aperçoit que le service postal au coeur du pays de Caux (à quelques kilomètres d'Etretat) n'est pas de tout repos : Il faut parfois du courage physique (ah, les chiens !), une patience angélique, du bons sens, de la ruse, des qualités de diplomate et - assez souvent, une "bonne descente".
    Une tournée de facteur rural, c'est une aventure !
    Cette aventure, que raconte Robert Cottard avec une authenticité et un humour imparables, permet au lecteur de découvrir une formidable galerie de lieux et de personnages qui prêtent parfois à sourire, mais dont les travers eux-mêmes finissent par toucher.
    Car ces gens simples (cafetier, boulanger, agriculteur, marin...), souvent âgés et liés au monde paysan, qu glissent un billet à "Bob le facteur" contre une image de chaton ou de "chasseur à épagneul" sont les derniers représentants d'un monde qui se meurt.
    Toute la beauté du livre est là. Poser un regard sur des Français qu'on ne voit plus et, plutôt que de s'apitoyer, leur rendre un hommage pétillant de malice.
    OD

    Olivier Ducoin

  • Russe. Exilé. Riche. Dangereux

    Le sortilège opère sitôt le regard posé sur la couverture de l'album.
    Un arbalétrier au regard sombre, costume chic en lambeaux, fume avec détachement au coeur d'une jungle manifestement hostile.
    Voulant savoir qui diable peut bien être ce drôle de type, vous tournerez une page et vous retrouverez immédiatement prisonnier(e) de Zaroff.
    Comte Zaroff.
    Russe. Exilé. Riche. Dangereux. (on peut ajouter l'adverbe "très" devant chacun de ces qualificatifs).
    Le talentueux binôme  Runberg / Miville-Deschênes propose (dans la magnifique collection "Signé") une adaptation assez libre - mais absolument majestueuse - de la nouvelle de Richard Connell ("The most dangerous game") qui avait inspiré un classique du cinéma : "Les chasses du comte Zaroff" (Ernest Schoedsack, 1932) ---> https://www.youtube.com/watch?v=eRdi7cDAKR0
    Un homme singulier que ce Zaroff :
    "Ici, sur mon île, je chasse le gibier le plus redoutable".
    Devinez lequel.
    Le scénario de la bd prend le parti d'"héroïser" (à défaut d'humaniser tout à fait) la sinistre figure (initialement plus maléfique) du comte Zaroff - traqueur de génie et ...chasseur d'hommes - et de resituer l'action dans les années 30.
    Il devient par la force des choses, dans cet album au graphisme somptueux, "soutien de famille" et à son tour - assez ironiquement - proie férocement poursuivie (sur son propre territoire) par une bande de mafieux aux intentions vengeresses.
    Il ne faut pas chercher de morale dans cette histoire toute entière dédiée à l'action, à l'intensité dramatique et...à un superbe décor tropical.
    Il s'agit simplement  de s'engager sur les sentiers de jungle d'une île perdue au large du Brésil et de...retenir son souffle.
    La partie d'échecs en plein air va commencer !
    OD

    Olivier Ducoin

  • LE CHIEN DE MADAME HALBERSTADT

    Il me semble que c’est la troisième fois que je me fais avoir par un chien de littérature.
    Après le "Chien de saison" de Denuzière, le "Jules" de Van Cauwelaert, c’est le petit carlin baveur de madame Halberstadt – Croquette  - qui a su m’apprivoiser (en même temps que son maître provisoire).
    Ce petit roman (176 pages) plein de charme, de tendresse et d’humour piquant est un véritable piège à lecteur, ce dernier se trouvant implacablement attaché  à un duo de choc :
    Romancier à la dérive / Chien au physique singulier.
    S’appuyant sur la base – franchement comique – de leur coopération forcée (notre écrivain "loser " ayant « autant envie de garder ce chien que de passer une coloscopie »), Stéphane Carlier tisse une comédie espiègle, romantique sans être mièvre, et même parfois vacharde (la description du monde de l’édition est assez savoureuse !).
    Le rythme est enlevé, la plume élégante, souriante.
    La délicatesse accompagne la dérision.
    Elles font un joli couple.
    O.D

    Olivier

  • Surface

    Olivier Norek

    19.95 € En stock
    Ajouter au panier

    Surface

    La grande réussite de ce polar tout à fait palpitant (qui ajoute aux paysages classiques du "rural noir" une intéressante dimension aquatique) réside dans la composition magistrale  - par un auteur qui fut lieutenant de police – d’un portrait de femme-flic crédible, original et terriblement émouvant.
    La capitaine de police Noémie Chastain – nouvelle venue dans la galerie des personnages de Norek – est simplement INOUBLIABLE.
    Noémie est une femme blessée.
    Contrainte à un éprouvant travail de reconstruction psychologique.
    Condamnée à composer avec les cicatrices qui singularisent rudement son visage.
    Ces failles, ces marques, rendent le personnage de Noémie fascinant, et l’on s’éprend vite de son (mauvais) caractère, de son humour noir et de son courage, mis à l’épreuve par les événements étranges qui surviennent dans la commune reculée de l’Aveyron où elle a été cyniquement affectée.
    La femme maltraitée, défigurée, va trouver en son exil la force de faire son métier et, à l’image du "cold case "qui perce la surface d’un lac pour défier sa sagacité, elle devra sortir la tête de l’eau.
    Un grand personnage, un décor atypique (un village englouti par les eaux d’un barrage), une intrigue solide.
    Surface est un sacré bon polar !
    O.D.

    Olivier

  • Quand nos souvenirs viendront danser

    C’est l’histoire de six octogénaires qui, menacés d’expulsion de l’impasse qu’ils habitent depuis 60ans décident de s’unir pour contraindre le maire à renoncer à ce projet.

    L’histoire ne se résume pourtant pas à cela, Virginie Grimaldi s’en sert de toile pour tisser une histoire touchante qui ne vous laissera pas insensible.

    On s’attache à Marceline et à son franc parler ainsi qu’à ses voisins tous plus grincheux et attachants les uns que les autres.

    On entre en immersion dans la vie de chacun d’entre eux et les quitter en fin de roman est difficile.

    Virginie Grimaldi signe ici son plus bel ouvrage.

    L’art de transformer les petites histoires en grands romans

    Vanille

  • Communauté / Étrange Royaume / Refuge / Auto-défense

    Trait sublime  - jetez un oeil au cahier graphique - scénario original et très prenant, "GrassKings" est un formidable polar rural qui raconte l'opposition ancestrale de deux xommunautés et la constitution progressive d'un "royaume" autonome en marge de la société: GrassKings.

    La découverte de ce petit territoire, de ses figures et de ses chefs est absolument passionnante. La BD prend des accents homériques lorsqu'une femme vient se réfugier à GrassKings, fuyant son Ménélas de shérif...

    Olivier

  • Enquête / Humour noir / Loufoque / Handicap

    Jean-Marcel donne à nouveau dans le "Grand N'importe Quoi" et trouve quelques illuminés pour adorer son texte!

    Un texte complètement fou, rocambolesque, irrévérencieux, qui s'attaque avec férocité à tous les clichés des séries, films ou romans policiers.

    J-M Erre se moque vraiment de beaucoup de monde.

    Mais jamais du plaisir de ses lecteurs.

    HILARANT!

    Olivier

  • Enfants / Ecole / Exercice de style / Shakespeare (Othello) / Jalousie Racisme

    Transposer Shakespeare dans une cour de récréation américaine des années 70, le pari était ambitieux.

    Tracy Chevalier donne un nouvel aperçu de son immense talent en transformant l'exercice de style en roman tragique, d'une finesse psychologiquement remarquable.

    Les enfants - personnages (inspirés par Othello, Desdémone, Iago) sont superbement campés, la complexité de leur pensée, restituée et l'on assiste au spectacle en songeant à la modernité et à l'universalité de l'oeuvre de William Shakespeare.

     

    Olivier

  • LES DAMES DU PARC

    MAS-CAMILLE

    23.00 € En stock
    Ajouter au panier

    Roman historique / Personnage méconnu / Judith de France / Dimension régionale

    Amis lecteur, je t'invite à t'asseoir dans l'un de nos fauteuils et à prendre le temps - il ne te faudra pas plus de 5 minutes - de découvrir le préambule des "Dames du Parc".

    Il me semble que tu seras - comme je l'ai été - immédiatement saisi par la qualité de l'écriture de Laurette Mas-Camille.

    Ce remarquable talent de conteuse vous plongera, sans temps mort ni faiblesse, au coeur d'un âge féroce et vous fera découvrir la figure méconnue de Judith de France, dont le caractère était aussi remarquable que la barbe de son aïeul était fleurie.

    Un roman historique pétri de qualités, qui aurait peut-être mérité une couverture à la hauteur du talent de l'auteur.

    Olivier

  • Une évidence

    Comme toujours, quand Agnès Martin-Lugand sort sa plume, elle nous transporte dans un tourbillon d’émotions !

     Dans ce roman nous suivons Reine, une femme forte qui s’est construite seule et du lien fusionnel qui l’unit à son fils Noé, mais aussi des rencontres qui influencent sa vie.

    De Rouen à Saint Malo le dépaysement est total, comme à son habitude, les personnages sont attachants, nous plongeons dans leur intimité,  une fois le livre terminé, on les quitte avec regrets.

    Comment ne pas succomber à cette irrépressible envie d’enchainer les pages ?

    Faut-il vraiment résister?

    Pour moi la réponse est non, c’est une évidence

    Vanille

  • Salina les trois exils

    Salina, cette femme aux larmes de sel, rejetée de tous, intrigue et obsède.

    Toute sa vie considérée comme une étrangère, elle résistera entre soumission et cruauté.

    Au lendemain de sa mort, pour lui permettre l’accès au cimetière, son dernier fils Malaka conte l’histoire de sa mère et fait de Salina une légende.

    Récit poignant, envoûtant et déchirant.

    « Tout s’achève et tout commence en même temps ».

    Vanille

  • L'expérience de la pluie

          Camille et son fils Arthur sont autistes. Ils vivent tous deux en décalage du monde qui les entoure. Pas de contact physique à moins de deux mètres sinon c'est l'affolement pour Arthur et des crises d'angoisse pour Camille.

         Dans leur monde, amour, patience et douceur sont primordiales.

         Mais il y a surtout cette expérience nommée EXPÉRIENCE DE LA PLUIE.

         Camille retrouve son recueil qu'elle écrivait étant petite.

         Tous ses mots y sont classés selon sa propre interprétation.

         Arthur et Camille vont au parc tous les après- midi.

         Assis sur un banc Aurélien observe ce joli duo mère-fils si troublant.

         Ils vont apprendre à se connaitre et essayer de percer le mystère de l'autisme.

         Pour Camille la prochaine étape sera Aurélien.

         Mais rien n'est facile quand on est autiste.

         Aurélien réussira t'il à trouver la bonne distance pour que la pluie rapproche ceux

         qui s'aiment ?

         Très joli roman sur l'autisme , sur les obstacles à aborder que l'on ne discerne pas .

         Une belle leçon de vie qui ne laisse pas indifférent.

         A découvrir impérativement!!!!

    Vanille

  • Une affaire de famille

    Hirokazu Kore-Eda

    • Lattes
    • 28 Novembre 2018
    18.00 € En stock
    Ajouter au panier

    Pauvreté / Enlèvement / Famille / Générosité

    Une famille a priori peu recommandable recueille une petit fille livrée à elle-même et victime de maltraitance.

    Un enlèvement peut-il constituer un acte de bonté?

    Peut-on se sentir père, ou mère, sans avoir "engendré"?

    Avec humour, délicatesse et une grande finesse psychologique Kore-Eda entraîne le lecteur au coeur du Tokyo méconnu des défavorisés et nous donne à connaître - et à aimer- un famille peu ordinaire. Une famille sans lien de sang.

    Olivier

  • Alsace / BD historique / Nazisme /


    A l'heure de rendre son dernier souffle, Marcel Grob convoque et affronte les démons de son passé.

    En tant qu'Alsacien, il a intégré les rangs de la division SS "Reichsführer" impliquée dans les crimes de guerre.

    Malgré lui?

    Une BD remarquable qui évite le piège du manichéisme, et question le lecteur.

    Olivier

  • Critique sociale / Introspection / Dépression / Provocation

    Machiste, misogyne, raciste, vulgaire, aigri, beauf, infantile, nul, sans style, surcôté, obsédé...

    Que n'a-t-on lu, entendu à propos de M.Houellebecq!

    Ami lecteur, ne laisse pas la presse, un voisin ou un libraire te dire ce qu'il faut penser de M.Houellebecq. Plonge dans Sérotonine et détermine par toi-même si l'homme a du génie ou s'il se moque du monde.

    FORGE TA PROPRE OPINION!

    Moi, j'aime et je sais pourquoi. Lorsque tu auras lu le livre (et non les commentaires sur le livre), ce sera un bonheur d'échanger.

  • Il est grand temps de rallumer les étoiles

    Anna est une maman au bord du gouffre, qui peine à joindre les deux bouts.

    Quand elle se rend compte que ses filles vont mal, ni une ni deux, elle empreinte le camping-car de ses parents, direction la Scandinavie !

    Cet ouvrage entremêle les 3 points de vues, on rit, on pleure mais toujours de bon cœur.

     Bien plus qu’un voyage, ce livre est un hymne à la vie.

    C’est un roman qui fait du bien comme Virginie Grimaldi le fait si souvent avec des personnages intergénérationnels, ce qui permet à tout le monde de s’y retrouver.

    Vanille

  • 100 jours pour être heureux

    Avec ce livre on réapprend à vivre, à aimer car le bonheur est fait de tout petits riens noyés dans le quotidien ;

    Annie rencontre Polly alors qu’elle se rend à l’hôpital voir sa mère atteinte d’Alzheimer.

    Polly est atteinte d’un cancer incurable tout comme sa bonne humeur, incurable elle aussi, et va embarquer Annie dans 100 jours pour être heureux.

    Ce résumé pourrait annonce un livre triste et noir mais il n’en est rien !

    Ce roman nous donne l’envie irrépressible de croquer la vie à pleine dent et vivre chaque instant comme-ci c’était le dernier.

    Vanille

  • La ferme du bout du monde

    Une très jolie saga familiale qui se passe sur deux époques.
    1944 , Maggie vit dans la ferme de ses parents.Elle découvre l'amour mais 
     souffre d'un drame dont elle ne pourra jamais se consoler .
    Soixante dix ans  plus tard , nous faison la connaissance de Lucy , la petite fille 
                          de Maggie.
    Lucy en pleine phase de soupçon professionel et après la certitude de
    l'infidélité de son époux , décide de s'éloigner quelques semaine pour se 
          ressourcer en Cornouailles , dans la ferme familiale .
    Lucy s'efforce de reprendre l'activité du travail de la terre avec ses proches
                             qu'elle avait banni depuis le décès de son père.
    C'est durant ces quelques semaines , qu'un secret que Maggie supposait
                                                 enfoui va ressurgir .
    Un roman très attrayant , des personnages suprenants et surtout ce véritable 
                                 secret qui nous tient tant en haleine !!!
    Sans oublier la magnifique description des Cornouailles.
                              EVASION GARANTIE.

    Ghislaine

  • Aviateurs / Seconde Guerre Mondiale / Suspense / Survie

    Pas d'inspecteur Morck dans ce thriller saisissant, mais deux pilotes britanniques s'efforçant d'échapper aux nazis.

    PALPITANT!

    Olivier

  • Une famille comme les autres

    Rosa Ventrella nous entraine dans son premier roman traduit en français, au cœur d’un quartier pauvre de Bari, au sud de l’Italie.

    On y découvre Maria surnommée Malacarne (« mauvaise chair »)  jeune fille pauvre, sans charme mais pas sans atouts.

    Sa hargne et son intelligence pourraient bien l’aider à s’en sortir.

    Une famille comme il faut est un magnifique roman sur l’envie de fuir un chemin tracé d’avance, une lutte acharnée pour s’échapper d’une vie sur laquelle on n’aurait pas prise.

    Maria  veut faire ses propres choix, fuir une existence où l’influence de la famille sur ses décisions et ses choix est trop pesante.

    A travers une écriture qu’elle veut très imagée et détaillée, l’auteure nous garantit un dépaysement total.

    Parfois la comparaison de la presse entre Rosa Ventrella et Elena Ferrante constitue bien d’avantage un argument commercial qu’une vérité, et je vous invite à découvrir cette belle histoire pour ainsi forger votre propre opinion.

    La mienne est faite.

    Ventrella est bien plus qu’une autre Ferrante.

    Vanille

  • Du sel sur les plaies

    Un huis-clos maritime à l'écriture cinglante, remarquablement constuit autour des figures constrastées de six matelots amateurs (dont on prend plaisir à découvrir les qualités les travers) et qui met à l'épreuve les nerfs, la conscience et les préjugés de ses personnages...et du lecteur. 
    Un livre qui tient en haleine tout en faisant réfléchir. Une gifle de vagues, de vent et de mots.
    A éviter, peut-être, si l'on s'apprête à partir en croisière...

    Olivier

  • Choc des armes et des cultures !

    Un samouraï qui combat les Espagnols dans l'Europe en flammes du XVIIème siècle !??
    Telle est la situation de départ - étonnante - de ce manga épique, d'inspiration historique.
    Découvrez les secrets du redoutable exilé Issak dans ce premier volume enthousiasmant !

    Olivier

empty