Claudine Attias-Donfut

  • Porter un nouveau regard sur la vie des immigrés en France : telle est lambition de ce livre qui décrit le vieillissement de ceux qui sont un jour partis de leur pays et sont désormais installés de longue date en France.Limmigration est un processus évolutif, dont les tenants et les aboutissants ne sapprécient vraiment que dans la durée, avec le recul du temps. Et cest bien le temps qui garantit la profondeur dun enracinement qui se réalise par la constitution dune famille, lacquisition dun logement, une carrière professionnelle, des réseaux sociaux, lobtention dune retraite.À partir dune grande enquête sur le passage à la retraite des immigrés et sur leur parcours de vie, cet ouvrage aborde lessentiel de ces thèmes et bien dautres encore (tels la santé, les solidarités entre générations, lappartenance religieuse, lenvoi dargent au pays...). Cette enquête, la première du genre en Europe, a été réalisée en France par la Caisse nationale dassurance vieillesse.La richesse de lappareil statistique soutient en permanence les analyses qui convergent vers une conclusion majeure : les immigrés manifestent un profond attachement à la France. Ils aspirent généralement à y vieillir, quitte à faire des va-et-vient avec leur pays dorigine. Ce double ancrage fait deux des agents potentiels de communication entre les générations et les peuples.Claudine ATTIAS-DONFUT est sociologue, directrice de recherche à la Cnav. Cet ouvrage est le fruit dune collaboration avec des spécialistes venus de différentes disciplines : Philippe DAVEAU (historien), Rémi GALLOU (socio-démographe), Alain ROZENKIER (sociologue) et François-Charles WOLFF (professeur de sciences économiques).

  • Avoir 20 ans en 2020, en quoi est-ce différent ?

    Entre les vingtenaires d'aujourd'hui et les générations précédentes s'est instaurée une coupure inédite et profonde, un véritable fossé.

    Nés avec Internet, ces nouveaux jeunes forment la première génération socialisée à l'ère numérique, la première génération horizontale, la première génération transnationale et la première génération écologique.

    Les défis auxquels ils auront à faire face au cours de leur vie sont immenses : comment leurs valeurs vont-elles prendre forme dans l'arène politique ? Comment réagira aussi cette « génération pandémie » après la crise économique et sociale qui se profile et dont ils vont être les premières victimes ? Enfin, comment comprendre le paradoxe générationnel qui la traverse puisque, en dépit des coupures dans les valeurs et les façons de faire, le lien au sein des familles continue d'exercer sa pellicule protectrice ?

    Dans ce livre fondé sur une enquête inédite auprès de centaines d'étudiants et sur l'analyse des travaux les plus récents, deux sociologues, elles-mêmes grands-mères de vingtenaires, nous offrent une radioscopie de la jeunesse contemporaine.

  • - Grands oubliés de la société, les grands-parents reviennent en force. Les structures familiales s'étant fragilisées, ils servent de lien entre les générations.
    - Mais aussi, aujourd'hui, les grands-parents sont jeunes et actifs : la cinquantaine, ils travaillent sans pour autant cesser de naviguer entre leurs enfants, leurs petits-enfants et, souvent, leurs propres parents. Rien ne justifie plus l'image de vieillesse qui leur colle à la peau.
    - Comment nomme-t-on aujourd'hui les grands-parents ? Quel rôle jouent-ils en cas de divorce ? Comment les femmes parviennent-elles à concilier travail professionnel et « grand-maternage » ? Issu d'une enquête - la première du genre -, couvrant six générations, ce livre qui bouscule les idées reçues raconte le cheminement de la grand-parentalité, de la naissance du premier petit enfant à celle du premier arrière petit enfant.

  • La famille élargie a-t-elle disparue ? le rôle des générations est-il effacé ? l'amour filial est-il fini ? certainement pas.

    Cette enquête unique sur les liens familiaux tels qu'ils se vivent au quotidien entre toutes les générations dans la france d'aujourd'hui le montre de façon étonnante. elle révèle que ces relations ont plus que jamais un rôle essentiel et que de multiples transmissions assurent le relais de l'histoire et de la mémoire.
    Non, famille et modernité ne sont pas contradictoires ; oui, dans toutes les couches sociales, il existe un " esprit de famille ", une façon d'être entre soi qui conforte liens et continuités tout en ménageant, mieux que par le passé, l'autonomie de chacun.

empty