Julien Damon

  • Qui dort dehors ? Nouv.

    Les SDF se trouvent à la rue, sous des tentes, dans des centres d'hébergement, au centre de multiples controverses. Mais de qui et de quoi parle-t-on exactement ? Combien sont-ils ? Quels sont les impacts de la crise migratoire ? Que faire face aux campements et aux enfants mendiants ? Que penser d'un objectif comme « zéro SDF » ?
    Toutes ces interrogations appellent moins de sensationnel et davantage d'examen rigoureux. C'est ce que propose Julien Damon dans cet ouvrage, par le biais d'un panorama des connaissances sur une population se trouvant au coeur des interrogations individuelles sur les évolutions sociales contemporaines comme au centre des interrogations collectives sur les priorités et l'efficacité des politiques publiques. Une lecture instructive sur un sujet essentiel.

  • L'épidémie due au coronavirus met davantage en danger les populations fragiles, dont les sans-abri. Comment confiner dans leur logement ceux qui n'en ont pas et qui, dans la rue, sont vulnérables physiquement et exposés publiquement ? Comment gérer, en période épidémique, l'exiguïté et la proximité dans des foyers d'hébergement parfois surpeuplés ? Comment faire accepter un confinement qui, en l'espèce, vaut souvent enfermement ? Si la mobilisation a été exceptionnelle, il est temps désormais de revenir sur les dilemmes de l'action publique et de tirer les leçons de cette crise inédite.

  • La question SDF

    Julien Damon

    Jusqu'où est-il légitime et efficace de catégoriser les sans-abri et les réponses données à leurs difficultés ? Les SDF sont, depuis une trentaine d'années, ciblés par des dispositifs spécialisés. Typique des phénomènes d'hybridation de l'action publique, le système de prise en charge rassemble, autour de l'Etat, les associations, les collectivités locales, les médias, et les sans-abri eux-mêmes. Le développement et l'institutionnalisation des dispositifs d'assistance, tout en retentissant sur l'architecture d'ensemble de la protection sociale, contribuent à faire des SDF de véritables " acteurs sociaux ".
    L'analyse conjointe de l'action publique ciblée et de la catégorie à laquelle elle est destinée permet une évaluation critique du " prioritarisme " (la priorité au plus défavorisé), du ciblage et du partenariat dans la mise en oeuvre des politiques publiques. Avant-propos à la présente édition : comment les migrants et le confinement de 2020 posent à nouveaux frais la " question SDF ".

  • L'exclusion

    Julien Damon

    Les politiques de lutte contre la pauvreté sont devenues lutte contre l'exclusion. Derrière ce glissement sémantique, une volonté : prendre en compte non seulement la pauvreté conçue comme une absence ou une faiblesse de revenus, mais aussi l'isolement, le besoin, ou encore la ségrégation.
    Cet ouvrage explique ce que signifie raisonner et agir en termes d'exclusion. Il décrit et év alue les politiques publiques de lutte contre l'exclusion mises en place aujourd'hui, en insistant sur les SDF et sur les travailleurs pauvres. Enfin, il invite à des politiques sociales plus rationnelles.

  • Les politiques publiques en faveur des familles recouvrent une grande diversité de prestations, de mécanismes, d'équipements, d'acteurs, de financements. Elles reposent sur des conceptions de la famille et de l'enfant qui ont évolué dans le temps et divergent suivant les pays. Face aux mutations récentes des structures et des aspirations familiales, ces politiques sont invitées à se réformer.

  • La dynamique planétaire d'urbanisation passe par l'extension des bidonvilles dans les pays en développement. C'est un huitième de l'humanité qui vit aujourd'hui dans ces espaces. Parallèlement, le retour des bidonvilles et des campements illégaux en France suscite inquiétude, voire alarmisme, sur fond de « crise des migrants ». Pour certains, les bidonvilles doivent être éradiqués comme des foyers d'insalubrité et de criminalité. Pour d'autres, ils constituent un laboratoire de la ville durable, à la fois piétonne, écologique, participative et recyclable. Et si les bidonvilles, au lieu de renvoyer uniquement à un passé effrayant, inventaient aussi des solutions pour l'avenir ?

  • Célébrées, critiquées ou méprisées selon les époques et les auteurs, les classes moyennes font régulièrement l'objet d'observations attentives. On signale souvent, dans les pays occidentaux, le déclassement relatif et l'inquiétude des classes moyennes, tandis que dans les pays émergents, en Inde et en Chine notamment, des classes moyennes seraient en cours d'apparition et d'affirmation. Mais que sont véritablement ces classes moyennes que les hommes politiques courtisent à longueur de discours ?
    Si le pluriel s'impose presque naturellement lorsque l'on parle d'elles, c'est parce que derrière une appellation unique est regroupé des situations très hétéroclites : les classes moyennes, auxquelles s'identifient majoritairement les Français, rassemblent en effet tous les individus situés entre les moins bien lotis et les plus fortunés.
    Au-delà des lieux communs, cet ouvrage propose une synthèse des connaissances sur les classes moyennes. Il invite à comprendre ce qui les délimite et la place qu'elles occupent en France mais aussi dans le reste du monde.

  • En France, vivre dans une famille recomposée est une réalité qui concerne plus d'un million d'enfants et autour d'eux, des parents, des beaux-parents, des demi-ou quasi-frères et soeurs, etc.
    Car les recompositions contemporaines qui ne procèdent plus du destin (veuvage) mais de l'aspiration et de la volonté des adultes (séparation), sont devenues monnaie courante.
    Derrière ce constat chiffré, les situations concrètes sont extrêmement variées. Elles ont néanmoins toutes un dénominateur commun : l'existence d'au moins un enfant qui vit, en tout ou partie du temps, avec un beau-parent.
    Au-delà des descriptions et des jugements, que sait-on aujourd'hui des conséquences du phénomène sur le bien-être des enfants, sur l'éducation mais également sur les marchés immobiliers, la fécondité, le droit de la famille ou encore les politiques publiques ? Et que révèlent ces nouvelles formes de vie familiale sur la famille d'aujourd'hui ?

  • La securité sociale

    Julien Damon

    La Sécurité sociale fête en 2015 ses soixante-dix ans. Au sens le plus commun, elle représente l'assurancemaladie de tous les Français. Au sens le plus large, elle représente l'ensemble de leur protection sociale.
    Mais qu'appelle-t-on exactement « Sécurité sociale » et « protection sociale » ? Qui sont, en France, les pères fondateurs de ce système ? Quelles grandes dates ont marqué la Sécurité sociale ? Quels risques couvre-t-elle ?
    Quels sont les types, les modèles et les régimes de protection sociale ? Quelles sont les principaux chiffres à connaître ? Cette institution est-elle une vieille dame essoufflée ou bien une jeune pousse encore dynamique ?
    Ce « Que sais-je ? » entend présenter, décrire et analyser tant les outils et les missions de la Sécurité sociale que les controverses dont elle est régulièrement l'objet et les défis qu'elle a à relever pour l'avenir.

  • Cent propositions qui s'appuient sur des données et des expériences issues des sciences sociales pour transformer le monde, changer les comportements et améliorer le quotidien. Sont abordées des problématiques telles que la réforme des institutions, le management au travail, l'adaptation à la société numérique, l'ajustement des politiques sociales et la modernisation de l'enseignement.

  • Le monde est urbain et les sujets sociaux sont les premières préoccupations des
    habitants. Les sciences humaines permettent d'appréhender de concert les
    questions sociales et les questions urbaines. Cet ouvrage, avec une vocation de
    manuel, repose sur des contributions portant sur trois thèmes : les sans-abri,
    les transferts sociaux, les dynamiques urbaines. Il permet un point et un
    panorama, à destination de l'étudiant comme de l'expert, sur les liens entre
    villes et pauvreté. État de l'art des connaissances, il balaye également
    différentes options possibles ou prospectives pour les politiques.

  • « Clochards », réfugiés sans-papiers, familles en hébergement d'urgence... la population SDF est profondément hétérogène. Face à ces situations diverses, parfois difficiles à qualifier et à quantifier, les pouvoirs publics et le dédale de dispositifs mis en place au fil des ans apparaissent bien souvent, à tort ou à raison, comme impuissants. Depuis quelques années, l'objectif « zéro SDF » se trouve ainsi au coeur de débats nourris. Comment le comprendre ? Après tout, est-il réaliste ? Et quelles conséquences la poursuite de cette ambition aurait-elle sur l'action publique ? Pour répondre à ces questions, « Place au débat » vous propose l'analyse d'un auteur spécialiste.

  • Les politiques de lutte contre la pauvreté sont devenues lutte contre l´exclusion. Derrière ce glissement sémantique, une volonté : prendre en compte non seulement la pauvreté conçue comme une absence ou une faiblesse de revenus, mais aussi l´isolement, le besoin, ou encore la ségrégation.
    Cet ouvrage explique ce que signifie raisonner et agir en termes d´exclusion. Il décrit et évalue les politiques publiques de lutte contre l´exclusion mises en place aujourd´hui, en insistant sur les SDF et sur les travailleurs pauvres. Enfin, il invite à des politiques sociales plus rationnelles.

  • Comment peut-on prétendre faire un tour d'horizon de la pensée en 100 portraits ? En ne le prétendant pas. L'ouvrage repose sur des appréciations et des choix personnels. Le prisme disciplinaire et idéologique se veut large.
    100 auteurs - ou plutôt 100 pensées - sont ici traités sous forme de fiches claires et concises qui permettent à l'étudiant, mais aussi au grand public, de balayer les sciences humaines avec efficacité et curiosité. Le ton est simple, le fond est précis. L'ensemble constitue à la fois une introduction, une ouverture et un approfondissement pour quiconque cherche à cultiver sa culture générale, à sortir de sa spécialité ou à disposer d'un outil en vue de la préparation de concours.

  • Les politiques de lutte contre la pauvreté sont devenues lutte contre l'exclusion. Derrière ce glissement sémantique, une volonté : prendre en compte non seulement la pauvreté conçue comme une absence ou une faiblesse de revenus, mais aussi l'isolement, le besoin, ou encore la ségrégation.
    Cet ouvrage explique ce que signifie raisonner et agir en termes d'exclusion. Il décrit et évalue les politiques publiques (françaises et européennes) de lutte contre l'exclusion mises en place aujourd'hui, en insistant sur les SDF et sur les travailleurs pauvres. Enfin, il invite à des politiques sociales plus rationnelles.
    Professeur associé à Sciences Po (cycle d'aménagement et d'urbanisme), Julien Damon est notamment l'auteur de La question SDF (PUF, 2002) et du " Que sais-je ? " sur Les politiques familiales (n° 3776).

  • Découvrez La question SDF - Critique d'une action publique - 2e édition, le livre de Julien Damon. Jusqu'où est-il légitime et efficace de catégoriser les sans-abri et les réponses données à leurs difficultés ? Les SDF sont, depuis une trentaine d'années, ciblés par des dispositifs spécialisés. Typique des phénomènes d'hybridation de l'action publique, le système de prise en charge rassemble, autour de l'État, les associations, les collectivités locales, les médias, et les sans-abri eux-mêmes. Le développement et l'institutionnalisation des dispositifs d'assistance, tout en retentissant sur l'architecture d'ensemble de la protection sociale, contribuent à faire des SDF de véritables "acteurs sociaux". L'analyse conjointe de l'action publique ciblée et de la catégorie à laquelle elle est destinée permet une évaluation critique du "prioritarisme" (la priorité au plus défavorisé), du ciblage et du partenariat dans la mise en oeuvre des politiques publiques. Cette deuxième édition contient une préface insistant sur les inerties et transformations de la question SDF qui caractérisent la décennie 2000.

  • Longtemps, les villes ont été dépendantes de leur environnement. C'est désormais l'environnement qui est dépendant des villes. Et si, loin d'être un problème, la ville était dorénavant une solution aux défis environnementaux ? Convergences et divergences des positions et des points de vue autorisent un portrait contrasté des modes de vie urbains contemporains.Quelles sont les tendances à l'oeuvre ? A quoi se disent prêts les habitants ? A qui font-ils confiance ? Interrogés dans sept grandes agglomérations urbaines aux quatre coins de la planète (Bombay, Chicago, Le Caire, Londres, Paris, Pékin, Sao Paulo) par l'Observatoire Veolia des modes de vie urbains, les citadins font part de leurs situations, aspirations, évaluations en ce qui concerne leur vie en ville.En complément et en miroir de ces opinions, des experts du monde entier apportent leurs observations, illustrations et préconisations sur la ville d'aujourd'hui et de demain.

  • Les politiques de lutte contre la pauvreté sont devenues lutte contre l'exclusion. Derrière ce glissement sémantique, une volonté : prendre en compte non seulement la pauvreté conçue comme une absence ou une faiblesse de revenus, mais aussi l'isolement, le besoin, ou encore la ségrégation.
    Cet ouvrage explique ce que signifie raisonner et agir en termes d'exclusion. Il décrit et évalue les politiques publiques (françaises et européennes) de lutte contre l'exclusion mises en place aujourd'hui, en insistant sur les SDF et sur les travailleurs pauvres. Enfin, il invite à des politiques sociales plus rationnelles.
    Professeur associé à Sciences Po (cycle d'aménagement et d'urbanisme), Julien Damon est notamment l'auteur de La question SDF (PUF, 2002) et du " Que sais-je ? " sur Les politiques familiales (n° 3776).

  • En 2000, l'ONU a établi des Objectifs du millénaire pour le développement, visant notamment à réduire de moitié l'extrême pauvreté d'ici 2015.
    En 2000, l'Union européenne a lancé sa stratégie dite de Lisbonne, contenant une invitation à " donner un élan décisif à l'élimination de la pauvreté " à l'horizon 2010. Depuis 2007, la France s'est fixé un objectif de réduction d'un tiers de la pauvreté, sur cinq ans. Ces objectifs quantifiés de réduction et d'élimination de la pauvreté transforment l'action publique aux trois échelles internationale, européenne et française.
    Quelles sont les définitions, les indicateurs et les mesures de la pauvreté sur ces trois plans ? Quels sont les traductions concrètes et les débats liés à ces démarches ? Quels sont les points de concordance et de cohérence entre les ambitions internationales, la construction européenne et les politiques sociales françaises ? Nourrie par le droit et la statistique, cette analyse propose un panorama, à trois niveaux, des politiques de lutte contre la pauvreté.

  • Les bidonvilles face au coronavirus Nouv.

  • L'intérêt général occupe une place singulière dans la tradition juridique et la pensée politique françaises. Parce qu'il est conçu comme dépassement de l'addition des intérêts privés, chacun s'en réclame désormais.
    Les entreprises contestent, souvent, le monopole au secteur public. Elles valorisent parfois ce qui un temps a été baptisé citoyenneté d'entreprise. Elles sont aujourd'hui confrontées concrètement à des attentes, et juridiquement à des normes. Certaines sont anciennes et passent par les obligations fiscales et sociales. D'autres sont plus récentes, autour de la responsabilité sociale des entreprises (RSE).
    À l'initiative de l'Institut Montaigne, cet ouvrage donne la parole à des responsables d'entreprise de formes et de secteurs variés, dans le cadre d'échanges avec des personnalités issues d'autres milieux: mutualisme, syndicalisme, journalisme, secteur associatif, fonction publique. Dix thèmes ont été retenus pour dix rencontres: de la santé aux territoires, en passant par la qualité de vie, la démocratie, la diversité ou la pauvreté. L'ensemble autorise un large panorama autour des divers aspects de l'intérêt général.
    Le principe de l'entretien croisé permet des prises de position, des illustrations, des argumentations, des contradictions. Car l'intérêt général est affaire d'État et d'entreprises, mais, surtout, de débats.Ouvrage dirigé par Julien Damon, professeur associé à l'Institut d'études politiques de Paris, dirigeant de la société Éclairs.

  • À côté de l'érosion, ressentie ou observée, des classes moyennes occidentales, l'expansion des classes moyennes dans les pays émergents passionne les démographes, les économistes et les entreprises. Ces affirmations nationales des classes moyennes émergentes alimenteraient un mouvement général de moyennisation du monde.

    De formidables réservoirs de croissance et de consommateurs se trouveraient là où auparavant ne se trouvaient que pauvreté et producteurs. Pourtant, l'euphorie ne doit pas interdire la lucidité. Au risque de la désillusion.

    Cette étude fait le point sur les connaissances et dynamiques à l'oeuvre. Les classes moyennes émergentes, dont il faut souligner qu'elles seraient considérées généralement comme pauvres dans les pays riches, sont, avec des intensités variées, en cours de consolidation. En position intermédiaire entre la consommation luxueuse des très riches et la consommation de nécessité des moins favorisés, les aspirations et comportements de consommation des classes moyennes ouvrent sur des marchés incontestablement prometteurs. Par-delà les problèmes, d'imprécision statistique, d'instabilité politique et d'incertitude économique, c'est pays par pays, voire même métropole par métropole, qu'il faut raisonner et mesurer les opportunités et difficultés pour les entreprises françaises.

  • Les questions sociales en France sont généralement abordées à travers le seul prisme hexagonal. Un détour par les analyses anglo-saxonnes est donc riche d'enseignements et de surprises. Sur dix thèmes qui vont de l'exclusion et de la discrimination raciale au management en passant par la famille, le bonheur et l'insécurité, cet ouvrage dresse un audacieux panorama des problématiques actuelles et donne accès à des oeuvres majeures de l'expertise anglo-saxonne, via une reprise de commentaires d'ouvrages parus dans la revue Sociétal. Certains de ces ouvrages traitent de capital social, d'investissements pour la petite enfance, de police de proximité. D'autres, aux thèses plus inhabituelles, feront sursauter : ils plaident pour la réhabilitation du mariage, la libéralisation du port d'armes, le démantèlement du modèle social français ou encore la mise en place d'un revenu universel (à condition de mettre fin à l'État-providence). Les comptes rendus critiques, remaniés et actualisés, sont complétés par des encadrés resituant les positions des Anglo-Saxons dans le contexte français. Tableaux de données récentes, graphiques et recensions complémentaires d'ouvrages parfont la cohérence du propos qui vise la mise à disposition d'informations et le traitement d'interrogations capitales.

empty