Karine Giebel

  • Personne n'est assez fort pour la vivre.
    Personne n'est préparé à l'affronter, même si chacun la désire plus que tout.
    La passion, la vraie...
    Extrême. Sans limites. Sans règles.
    Cette nuit, c'est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit répondre de ses actes dans une salle d'interrogatoire. Que s'est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?
    Interrogée au même moment dans la salle voisine, Laëtitia se livre. Elle dira tout de ce qu'elle a vécu avec cet homme. Leurs versions des faits seront-elles identiques ?

  • Maman disait de moi que j'étais un ange.
    Un ange tombé du ciel.
    Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais...

    Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin...

    Gabriel est un homme qui vit à l'écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
    Un homme dangereux.
    Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui.
    Une jeune femme blessée et amnésique.
    Qui est-elle ? D'où vient-elle ?

    Ce roman a reçu le Prix Plume d'Or du thriller francophone, le Prix Evasion, le Prix du Book d'or thriller du Prix Bookenstock et le Prix de l'Evêché.

  • Chambres noires

    Karine Giebel

    Après D'ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.
    Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires.
    Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d'être sale, d'être rien, moins que rien.
    Ces dangers qu'on n'a pas vus venir, ces risques qu'on n'a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n'a pas eu la force de résister.
    Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs.
    Il y a ce manque de chance.
    Il y a cette colère, ce dégoût.
    Il y a...
    Des fois où on préférerait être mort.

    Voilà ce qu'on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l'auteure emprunte les titres de grands films qui l'ont marquée.
    Après D'ombre et de silence, elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.
    À la fin de l'ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Coeur ainsi que Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

  • Marianne, vingt ans. Les barreaux comme seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière.
    Indomptable, incontrôlable, Marianne se dresse contre la haine, la brutalité et les humiliations quotidiennes.
    Aucun espoir de fuir cet enfer, ou seulement en rêve, grâce à la drogue, aux livres, au roulis des trains qui emporte l'esprit au-delà des grilles. Grâce à l'amitié et à la passion qui portent la lumière au coeur des ténèbres.
    Pourtant, un jour, une porte s'ouvre. Une chance de liberté.
    Mais le prix à payer est terrifiant pour Marianne qui n'aspire qu'à la rédemption.

  • D'abord, c'est une silhouette, un soir, dans la rue. Un face-à-face avec la mort.
    Ensuite, c'est une présence. Le jour : à tous les carrefours. La nuit : à ton chevet. Impossible à saisir, à expliquer, à prouver.
    Bientôt, une obsession. Qui vous ruine ta carrière, te sépare de tes amis, de ton amant. Te rend folle. Et seule.
    Juste une ombre. Qui s'étend sur ta vie et s'en empare à jamais.
    Tu lui appartiens, il est déjà trop tard.

  • « Écrire une nouvelle, c'est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d'émotions qu'en plusieurs centaines de pages. C'est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant. » Karine Giebel Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle. Voici l'occasion de (re)découvrir le talent de Karine Giebel, grâce à ce recueil de huit nouvelles noires, humaines, engagées...

  • Je m'appelle Raphaël, j'ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d'euros de bijoux. Ç'aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c'est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces. Je m'appelle Sandra. Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là... Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer. Quelque chose qui marche et qui parle à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit...

  • De force

    Karine Giebel

    Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a qu'une obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s'obstine à ne pas vouloir prévenir la police. La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d'un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine. L'ensemble s'accorde, fortissimo, et soudain : quelques fausses notes...
    Le temps de l'impunité est révolu.
    Le temps des souffrances est venu.

  • La montagne ne pardonne pas. Vincent Lapaz, guide solitaire et blessé par la vie, l’apprend aujourd’hui à ses dépens : la mort vient de frapper, foudroyant un être cher. Simple accident ? Vincent n’en croit rien : la victime connaissait le parcours comme sa poche. C’est un meurtre. Avec l’aide d’une jeune gendarme, Vincent mène l’enquête, de crevasses en chausse-trappes, déterrant un à un les secrets qui hantent cette vallée. Et Lapaz non plus n’est pas du genre à pardonner…

  • Elle est belle, attirante, disponible. Il n'a pas hésité à la suivre pour prendre un dernier verre.
    À présent il est seul, dans une cave, enfermé dans une cage. Isolé. Sa seule compagnie ? Sa séductrice et son bourreau. Et elle a décidé de faire durer son plaisir très longtemps. De le faire souffrir lentement.
    Pourquoi lui ? Dans ce bras de fer rien n'est dû au hasard. Et la frontière entre tortionnaire et victime est bien mince...

  • Satan était un ange

    Karine Giebel

    Deux trajectoires, deux lignes de fuite.
    Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif tentant d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse.
    Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. L'échéance approche.
    Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer, et qui pourtant fuient ensemble leur destin différent. Rouler droit devant. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait.
    Puisque l'horizon est bouché, autant tenter une dernière percée. Flamboyante.

  • Terminus elicius

    Karine Giebel

    Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose : « Vous êtes si belle, Jeanne. » Glissée entre deux banquettes, elle l'attendait. Une déclaration. D'amour. De guerre. Car l'homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme soeur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars.

    Cet ouvrage a reçu le Prix marseillais du polar

  • Chiens de sang

    Karine Giebel

    Ils sont là. Derrière. Ils approchent.
    Aboiements. Tonnerre de sabots au galop...
    La forêt est si profonde... Rien ne sert de crier. Courir. Mourir. C'est le plus dangereux des jeux. Le dernier tabou. Le gibier interdit...
    Le hasard les a désignés. Diane aurait dû rester à l'hôtel, ce jour-là. Au mauvais endroit, au mauvais moment... Maintenant, ils sont derrière, tout près. Courir. Mourir.
    Quant à Rémy le SDF, s'il a perdu tout espoir depuis longtemps, c'est la peur au ventre qu'il tente d'échapper à la traque. Ils sont impitoyables, le sang les grise. Courir. Mourir.
    C'est le plus dangereux des jeux. Qui en réchappera ?

  • Maîtres du jeu

    Karine Giebel

    Il y a des crimes parfaits.
    Il y a des meurtres gratuits.
    Folie sanguinaire ou machination diabolique, la peur est la même. Elle est là, partout : elle s'insinue, elle vous étouffe... Pour lui, c'est un nectar. Pour vous, une attente insoutenable. D'où viendra le coup fatal ? De l'ami ? De l'amant ? De cet inconnu à l'air inoffensif ? D'outre-tombe, peut-être...

    Ce recueil comprend les nouvelles Post-mortem et J'aime votre peur.

  • L'Ancolie est une fleur aussi belle que toxique. Belle, à l'image de certains souvenirs. Toxique, à l'image de certains regrets.

    L'Ancolie, c'est aussi le nom d'un chalet perdu en pleine montagne.
    C'est là que vit Vincent, un homme seul et meurtri. Rejetant son passé et redoutant son avenir, il préfère vivre dans le présent. Une existence éprise de liberté qu'il consacre entièrement à sa passion pour la montagne et à son métier de guide.
    Jusqu'au jour où la mort frappe tout près de lui, l'obligeant à sortir de sa tanière.
    Aux yeux de tous, un tragique accident, une chute mortelle. Seul Vincent est persuadé qu'il s'agit d'un meurtre, que ce n'est pas la montagne qui a tué, et que les vrais coupables doivent payer.
    Alors, aidé par Servane, une jeune recrue de la gendarmerie avec laquelle il a noué une étrange relation, il se lance dans une quête de vérité.
    Une quête qui va le conduire sur d'effroyables sentiers, le confronter à ses propres démons. Une quête qui va déterrer un à un des secrets profondément enfouis au coeur de cette paisible vallée, et qui auraient dû le rester à jamais.

    Car si le mensonge blesse, la vérité peut être fatale.

  • 12-21 vous offre les premiers chapitres des nouvelles voix du polar français :
    - Juste une ombre de Karine Giebel, roman couronné par le prix polar francophone du festival de Cognac 2012 - L'enfant aux cailloux , Sophie Loubière - L'exil des anges de Gilles Legardinier, récompensé du prix SNCF du polar français 2010 - Derrière la haine , Barbara Abel - Le deuxième homme , Hervé Commère - Un vrai jeu d'enfant , François-Xavier Dillard - Le magicien , Jean-Marc Souvira À découvrir en version numérique !

  • 12-21 vous offre les premiers chapitres de dix romans policiers et thrillers, par les auteurs stars du catalogue :
    - À quelques secondes près, Harlan Coben - Le Temple noir, E. Giacometti et J. Ravenne - Purgatoire des innocents, Karine Giebel - Le dragon du Trocadéro, Claude Izner - Des enfants trop parfaits, Peter James - Nous étions les hommes, Gilles Legardinier - Les larmes de Pancrace, Mallock - La femme sans tête, Viviane Moore - Le complot des immortels, James Rollins - Puzzle, Franck Thilliez

  • Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra.

    Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder.
    Mettre la musique à fond pour ne plus entendre.
    Tic tac...
    Bientôt, tu seras mort.

    Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie.
    Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse.
    La mort est certaine. L'issue, forcément fatale.
    Ce n'est plus qu'une question de temps.
    Il vient à peine de le comprendre.
    Paul regarde derrière lui

  • Les Morsures de l'ombre Une femme rousse, plutôt charmante. Oui, il se souvient. Un peu...
    Il l'a suivie chez elle... Ils ont partagé un verre, il l'a prise dans ses bras... Ensuite, c'est le trou noir.
    Quand il se réveille dans cette cave, derrière ces barreaux, il comprend que sa vie vient de basculer dans l'horreur. Une femme le retient prisonnier. L'observe, le provoque, lui fait mal.
    Rituel barbare, vengeance, dessein meurtrier, pure folie ?
    Une seule certitude: un compte à rebours terrifiant s'est déclenché.
    Combien de temps résistera-t-il aux morsures de l'ombre ?
    Ça ressemble a un jeu.
    Le premier qui bouge a perdu.
    Dans ce roman noir magistral et tendu à l'extrême, Karine Giébel nous entraîne dans un huis clos glaçant au coeur de la folie.
    Un livre dont on ne ressort pas indemne.
    Juste une ombre Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde.
    Tu manipules ? Tu deviendras une proie.
    Tu domines ? Tu deviendras une esclave.

    Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t'imposer dans ce monde, y trouver ta place Et puis un jour...
    Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.
    À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.
    Juste une ombre.
    Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
    On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.
    On t'observe jusque dans les moments les plus intimes.
    Les flics te conseillent d'aller consulter un psychiatre. Tes amis s'écartent de toi.
    Personne ne te comprend, personne ne peut t'aider. Tu es seule.
    Et l'ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos.
    Ou seulement dans ta tête ?
    Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard...
    Tu commandes ? Apprends l'obéissance.
    Tu méprises ? Apprends le respect.
    Tu veux vivre ? Meurs en silence...

  • Chambres noires

    Karine GIEBEL

    • Lizzie
    • 14 Janvier 2021

    Après D'ombre et de silence, Karine Giebel offre un nouveau recueil de textes noirs, humains, bouleversants et engagés.
    Il y a des soupirs, des souvenirs et des sourires. Il y a ces jours sans fin et ces nuits sans chaleur. Cette sensation d'être sale, d'être rien, moins que rien. Ces dangers qu'on n'a pas vus venir, ces risques qu'on n'a pas osé prendre. Ces tentations auxquelles on n'a pas eu la force de résister. Il y a ces mauvais héritages, ces mauvais choix, mauvaises pentes, mauvais départs. Il y a ce manque de chance. Il y a cette colère, ce dégoût. Il y a... Des fois où on préférerait être mort. Voilà ce qu'on découvre dans les Chambres noires de Karine Giebel, recueil de quatre nouvelles inédites dont les héros, ou anti-héros, incarnent et dénoncent tour à tour les manquements de notre société. Quatre histoires pour lesquelles l'auteure emprunte les titres de grands films qui l'ont marquée.
    Après
    D'ombre et de silence, elle nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.
    À la fin de l'ouvrage, en bonus, trois nouvelles déjà parues dans
    Treize à table ! (Pocket) au profit des Restos du Coeur ainsi que
    Sentence, nouvelle écrite en plein confinement et publiée dans
    Des mots par la fenêtre (12-21) au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

  • Treize auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d'ordre est le même pour tous : nous faire tendre l'oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définitions de l'audition.

    Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots... et jusqu'à la chute.

    Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.
    Laissez-vous chuchoter à l'oreille, venez Écouter le noir.

  • L'Empreinte sanglante d'un pied nu, la suivre au long d'une rue.L'auteur s'est amuséà suivre les règles d'un petit jeu d'écriture : donner corps à une idée en devenir depuis presque un siècle et demi, posée par Nathaniel Hawthorne - l'un des pères de la littérature américaine, dans un texte au nombre de signes limité.

  • Darkness Nouv.

    Darkness

    ,

    lu par Julien CHATELET
    • Lizzie
    • 12 Mai 2021

    Jérôme Dumas est inspecteur de police. Ce jour-là, il se trouve en charge d'une affaire très particulière. Une jeune femme a été retrouvée, ses yeux aspergés de liquide corrosif, gisant seule dans la baignoire d'une chambre d'hôtel. Elle en restera aveugle.
    Mais pourquoi refuse-t-elle de parler ?
    Darkness est une nouvelle de Barbara Abel et Karine Giebel issue du recueil
    Regarder le noir.

empty