Actes Sud

  • Un jeune couple dont les vacances idylliques sont bouleversées par l'inoffensive présence d'un petit chat noir, une mère irréprochable qui s'insurge avec une violence inattendue contre le cadeau que lui fait sa fille, ou quatre trentenaires de la " deuxième génération ", impeccablement intégrés, que vient un soir assiéger l'indésirable souci de l' " héritage culturel "...
    Ils sont plusieurs, personnages de ces nouvelles, à renâcler un beau jour devant ce qui, passé ou présent, fait leur vie. Les voici prêts, en un instant, à jeter par-dessus bord toute l'imagerie et tout le code. Aucun événement particulier, nul traumatisme exceptionnel n'explique cette insurrection passagère mais farouche, cette entrée en résistance, intuitive mais irréductible dont l'expérience ne dure qu'un moment, d'étrangeté -telle une éclipse dans l'épuisant plein jour du monde contemporain.
    Qui veut dicter sa loi et assigner à résidence. Frontale, épurée à l'extrême, l'écriture de Malika Wagner questionne sans détour, du désir d'appartenance au besoin de briser les liens, la crise d'une certaine conscience moderne, dont la fiction peut seule révéler les puissants et invisibles remous.

  • De Paris à Los Angeles, San Francisco, Santa Fé, Stan se lance pour le compte d'un éditeur roublard sur la piste d'Orson Welles, officiellement mort, et qu'ici ou là on a formellement reconnu. Un roman passionné, fervent, théâtral.

  • Quand elle découvre, à la fin d'une projection, le cadavre de Ferguson, le producteur dont elle est l'assistante, emmailloté dans la pellicule d'un film, la narratrice craint d'être mêlée à une affaire de meurtre et croit devoir quitter la ville. En chemin, elle reçoit un message anonyme (le premier d'une série) et, sur son injonction, se rend à Sainte-Lucie, une station balnéaire futuriste, où l'attend l'inévitable rendez-vous, toujours ajourné jusqu'alors, avec son passé.
    Fille d'un "porteur de valises" pour le FLN pendant la guerre d'Algérie, et de Muriel, la femme qu'il a souvent délaissée, nièce d'un entrepreneur ambitieux, aussi peu "clair" que les missions qu'il confie à ses hommes de main, la narratrice prend place sur un troublant échiquier de relations, présentes et passées.
    A Sainte-Lucie, elle rencontre Terence, l'archéologue, qui la protège durant sa quête, Fred et Marcia, de blonds jumeaux, d'une belle et inquiétante étrangeté, artistes et marginaux - et les témoins du passé, ceux qui ont connu sa mère et son père. C'est finalement par son oncle qu'elle apprend le secret criminel de l'histoire familiale.
    Secret que le psychisme fissuré de la narratrice ne saurait d'emblée entendre, dont l'énigme la dévore jusqu'à ce que l'impitoyable logique de la quête en impose les vraies images.
    Une lecture à suspense du roman familial où la guerre d'Algérie tient le rôle d'un personnage à part entière.
    Une construction dramatique "hitchcockienne" parfaitement efficace et maîtrisée.
    Un portrait de jeune femme meurtrie, écartelée entre fantasmes et réalité, hantée, corps et âme, par le traumatisme qui fonde et détruit son identité.
    Un premier roman de très haut niveau, une superbe variation sur le double retour du refoulé : celui de l'enfance, celui de la mémoire collective.

empty