Fyp

  • Les promesses de la voiture autonome sont grandes : elle offre à des milliards de personnes dans le monde un moyen de transport plus sûr, plus propre et plus pratique, permet une réduction des embouteillages, des problèmes de parking, des accidents, l'accès à la conduite pour les personnes à mobilité limitée, la réduction de la largeur des voies, le choix des meilleurs itinéraires en temps réel, la suppression des contraintes des trajets longue distance, etc.
    Tous les constructeurs automobiles internationaux et les grandes entreprises high-tech investissent des milliards et se sont lancés dans la course du développement et de la production de ces véhicules en remplaçant la conduite humaine par de l'intelligence artificielle. Au cours des 10 prochaines années, ces engins vont envahir les rues, réorganiser les industries établies, remodeler les villes et nos modes de transport sur courte distance, mais également transformer la logistique, la livraison de marchandises et rendre peut-être obsolète l'idée même de la propriété d'une voiture. Mais cette vision idéale a aussi son côté sombre, et bien que la technologie soit prête, lorsque les conducteurs laissent les logiciels intelligents prendre le volant cela soulève de nombreuses questions et inquiétudes : emploi des routiers et taxis, sécurité, risque de réduction des transports en commun, traçabilité du moindre de nos déplacements, responsabilité juridique, disparition du plaisir de la conduite, etc.
    Ce livre démêle les faits et la fiction. Dans un langage clair, non technique,les auteurs nous font découvrir l'histoire étonnamment longue et pittoresque des véhicules autonomes, puis ils nous livrent un panorama complet de l'ensemble des technologies qui rendent possibles les véhicules intelligents. Ils fournissent ensuite une analyse complète et lucide de tous les risques et des avantages des voitures autonomes sur notre vie quotidienne, sur l'économie et sur notre rapport à l'automobile, à la conduite et à notre culture de la mobilité.

  • Best-seller du New York Times.
    - Best-seller de Business Week.
    - Une enquête qui s'appuie sur une démarche et une caution scientifique.
    - Le style de narration est élégant et captivant.
    - Un voyage fascinant à travers les esprits, les expériences et les idées de huit visionnaires, grandes figures de l'histoire des inventions :
    Albert Einstein, Benjamin Franklin, Elon Musk, Dean Kamen (inventeur du Segway et de la pompe à insuline qui détient plus de 200 brevets), Nikola Tesla (qui a découvert le courant électrique alternatif et les transmissions sans fil), Marie Curie, Thomas Edison et Steve Job.
    - L'ouvrage n'est pas une simple biographie sur les génies ou les innovateurs. C'est un livre de stratégie qui révèle les ingrédients pour accroître la créativité de chacun et des organisations.
    - Ce livre touche à la vie professionnelle, mais aussi à la vie privée et à l'éducation des enfants.

  • Le marché est aujourd'hui plus volatil, incertain et complexe qu'à n'importe quelle époque antérieure. Même ceux qui sont à la pointe de l'innovation sont confrontés à la menace de concurrents produisant des copies moins chères. Les dépôts de brevets d'innovations, la position de leader du marché ou les ressources financières ne suffisent plus à protéger une entreprise des imitateurs. Depuis la révolution industrielle, tous les pays qui sont devenus riches ont commencé par copier les autres : les Français ont copié les Britanniques, les Américains ont copié les Allemands et les Japonais ont copié à peu près tout le monde. Pourtant, certaines entreprises pionnières ont réussi à survivre et même à prospérer au cours des siècles.
    Comment est-ce possible ? Que pouvons-nous faire et que pouvons-nous apprendre des entreprises qui résistent et parviennent à prospérer malgré la concurrence, la mondialisation, les copieurs, les machines intelligentes et les risques de disruption ?
    Dans ce livre d'enquête et de stratégie, Howard Yu, montre que les entrepreneurs, pionniers et innovateurs ont été des rebelles, des agitateurs d'idées, capables de transformer une industrie ou d'en inventer une nouvelle. Pour réussir et perdurer, les organisations (entreprises du secteur privé et public, entreprises sociales, ONG, etc.) doivent savoir se réinventer, conserver l'esprit de rébellion de leur origine face à l'industrie et savoir insuffler durablement cet état d'esprit au sein de leur structure. La rébellion est une tactique éprouvée qui permet de se réinventer en se disruptant soi-même, plutôt que d'attendre le jour où un concurrent, un copieur ou un nouveau venu le fasse. Il existe en outre des stratégies pour tirer parti de la connectivité omniprésente, de la montée inexorable des machines intelligentes et de l'importance croissante de la créativité. La compétition, c'est pour les perdants. Il faut apprendre à créer de la valeur.
    À l'aide d'une vingtaine de fascinantes d'études de cas de transformations réussies et de déclins tragiques qui associent théorie et exemples concrets, Howard Yu illustre cinq principes fondamentaux qui couvrent un large éventail d'industries, de pays et d'époques, puis il établit un processus structuré et reproductible :
    1- Comprendre les savoirs de base de son organisation et sa trajectoire.
    2- Acquérir et cultiver de nouvelles disciplines et de nouveaux savoirs. Les connaissances acquises dans un domaine mènent souvent à de nouvelles découvertes dans un autre domaine.
    C'est ce processus qui ouvre de nouvelles voies de croissance.
    3- Tirer parti des changements sismiques ( comme l'inexorable montée en puissance des machines intelligentes et l'émergence d'une connectivité omniprésente). Apprendre à identifier les forces qui compteront le plus dans les décennies à venir et reconfigurer ses compétences avant les autres.
    4- Expérimenter pour éprouver et appuyer l'expérience sur des preuves. Une décision audacieuse a toujours l'air bonne jusqu'à ce qu'elle se révèle fausse. Le plus grand risque qui menace la survie des organisations réside dans les luttes intestines et l'inaction collective à cause de croyances personnelles. L'expérimentation est la fenêtre qui permet de laisser entrer la lumière de l'extérieur.
    5- S'immerger profondément dans l'exécution. Penser n'équivaut pas à faire. La prise de conscience n'est pas la même chose que l'engagement. Les plongées profondes sont différentes de la gestion et du management parce qu'elles reposent sur le pouvoir de la connaissance plutôt que sur le pouvoir de position.
    Ce livre est une feuille de route pour agir dans un monde en constante évolution. C'est la fin de l'empire des gestionnaires ou des directeurs financiers et l'avènement des rebelles.

  • Alec Ross a parcouru une quarantaine de pays, sur tous les continents, pour rencontrer ceux qui transforment le monde et explorer les dernières avancées technologiques, économiques et sociales. Dans ce best-seller mondial, Alec Ross nous entraîne dans un tour du monde inédit de l'innovation. Il conjugue récit documentaire et analyse économique pour décrire les bouleversements qui affecteront nos sociétés et nos modes de vie au cours des dix prochaines années. Il passe au crible les technologies et les industries qui seront les moteurs de notre avenir économique (biotechnologies, crypto-monnaies, fintech, IA, cybersécurité...). Alec Ross révèle quelles sont les conditions pour parvenir à créer les prochains foyers de l'innovation et livre les meilleures stratégies à adopter afin de surmonter les défis économiques et sociaux qui nous attendent. Cette analyse clairvoyante nous montre quelles sont les compétences indispensables pour prospérer et devenir acteur des industries du futur et comment préparer nos enfants pour le monde de demain.

  • Comment des hippies et des hackers ont-ils créé le capitalisme high-tech ?
    Cet ouvrage raconte la manière dont les multinationales, comme Apple et Google, sont parvenues à évangéliser des designers, des développeurs, et surtout des utilisateurs et consommateurs passionnés, afin de créer autour de leurs marques une vénération quasi religieuse.
    L'auteur nous plonge coeur de la Silicon Valley, dans les années 1970. Il nous explique comment une véritable organisation sociale s'est structurée autour des nouvelles technologies du numérique grâce à la culture hippie. Cette nouvelle culture, qui mêle drogues et puces électroniques, se caractérise par :
    - la recherche d'innovations les plus disruptives possible, pouvant renverser l'ordre établi ;
    - la recherche d'une forme d'extase intense provoquée par la technologie, quasi mystique, appelée l'« effet ouah ! » (cet effet fera le succès, des décennies plus tard, des fameuses conférences de présentation des produits Apple par Steve Jobs).
    - un évangélisme visant à fédérer les plus grandes communautés autour de ces nouvelles technologies, sur le modèle des communautés hippies.
    Puis, après l'apparition de l'ordinateur individuel, de l'internet, du web et des smartphones, ces nouvelles technologies se sont érigées en porte-étendard d'une société de plus en plus ouverte, soutenues par un discours mondialiste qui a traversé tous les niveaux de la société, portant sur la suppression progressive des hiérarchies, la collaboration pour la production des savoirs et des techniques et l'ère de la contribution en mettant en avant le lien communautaire entre les individus, la créativité de chacun, la passion.
    Mais, à travers une argumentation rigoureuse et très documenté, l'auteur renverse la vision idéaliste de ces évolutions. Il montre qu'elles ont engendré des organisations centralisées et monopolistiques, concentrant à l'échelle planétaire toutes les ressources économiques et intellectuelles.
    Le pouvoir politique est désormais entre les mains que quelques empires dirigés par fyp d'anciens hippies reconvertis en ogres insatiables d'un capitalisme sans limites.

empty