cherche midi (réédition numérique FeniXX)

  • Au cours des premières décennies de ce siècle, la renommée d'André Suarès (1868 - 1948) fut presque aussi haute que celle de Gide, Claudel, Péguy, Romain Rolland, Valéry. Maître à penser de plusieurs générations d'écrivains et d'intellectuels, Suarès fut, à travers plus de quatre-vingts livres dont le célèbre Voyage du Condottière, tour à tour essayiste, biographe, critique, dramaturge, historien, philosophe, polémiste politique. Mais il se voulait d'abord poète. Or c'est l'aspect le plus méconnu de son oeuvre. Ses poèmes en prose proposent une vaste méditation sur la grandeur et l'ascétisme. Ainsi Bouclier du zodiaque, conçu entre 1900 et 1905, est-il un livre secret d'un lyrisme éclatant. Au rythme des mois, Suarès y évoque la fatalité des passions de l'homme et de la femme. Aux saisons de la nature, éclairées par le feu du soleil qui donne élan et force, répondent les sentiments de l'homme. Suarès voulait faire du Bouclier un bréviaire, un office mystique. Sa ferveur lyrique nous éblouit.

  • Au cours des premières décennies de ce siècle, la renommée d'André Suarès (1868 - 1948) fut presque aussi haute que celle de Gide, Claudel, Péguy, Romain Rolland, Valéry. Maître à penser de plusieurs générations d'écrivains et d'intellectuels, Suarès fut, à travers plus de quatre-vingts livres dont le célèbre Voyage du Condottière, tour à tour essayiste, biographe, critique, dramaturge, historien, philosophe, polémiste politique. Mais il se voulait d'abord poète. Or c'est l'aspect le plus méconnu de son oeuvre. Ses poèmes en prose proposent une vaste méditation sur la grandeur et l'ascétisme. Ainsi Bouclier du zodiaque, conçu entre 1900 et 1905, est-il un livre secret d'un lyrisme éclatant. Au rythme des mois, Suarès y évoque la fatalité des passions de l'homme et de la femme. Aux saisons de la nature, éclairées par le feu du soleil qui donne élan et force, répondent les sentiments de l'homme. Suarès voulait faire du Bouclier un bréviaire, un office mystique. Sa ferveur lyrique nous éblouit.

  • L'évidence et le mystère ou, pour user de termes propres à l'auteur, "la leçon de choses et l'éblouissement", se partagent l'univers de ce poète tout de finesse et de sensibilité. Cette ombre et cette lumière donnent un singulier contour à la poésie de Gabrielle Althen ; une poésie qui ne se livre pas d'emblée, appelant une lecture attentive. Avec ses images souvent étranges, parfois inquiétantes, l'écriture est celle d'un sismographe qui enregistre la moindre vibration. Sensuelle et intellectuelle à la fois, la poésie de Gabrielle Althen envoûte et séduit.

  • Chaque nouveau recueil de Joseph Paul Schneider approfondit la démarche qui caractérise, depuis plus de vingt ans, le poète de Marmoutier : dire l'alliance en ses métamorphoses. Au creuset de l'histoire et du temps, au secret de la terre et de ses failles, au coeur de l'arbre et de ses sèves, dans la clarté du ciel et du vitrail, Schneider affine son alchimie personnelle avec cette rigueur et cette précision dont il ne s'est jamais départi. La ferveur mesurée de son lyrisme n'a d'égale que la fidélité du poète à ses sources, à ses racines, à ses amitiés aussi, surtout pour les peintres dont il aime et connaît l'oeuvre. Cette steppe où il nous entraîne est celle de tous les élans possibles.

  • Dans ce premier livre de poèmes, Marie-Edith Lande a choisi de chanter le monde en faisant mine d'oublier l'âge de ce monde, ou plutôt en lui attribuant, selon sa propre formule, « le temps de plusieurs temps ». Elle renoue ainsi, par le lyrisme et l'ample mouvement du vers, avec une tradition multi-séculaire de la poésie-célébration qui, depuis les odes de Pindare et d'Horace jusqu'à celles de Victor Hugo et de Claudel, donne du souffle au verbe et de l'âme à l'inanimé. Le poète est allé puiser dans les grands espaces d'Asie et des Amériques, dans les mégalopoles aussi, où sa vie l'a conduit, non pas l'inspiration (puisque, selon le mot d'Eluard, le poète est celui qui inspire plus que celui qui est inspiré), mais la respiration même de sa poésie, respiration profonde et généreuse qui est aussi celle de l'humaniste. Marie-Edith aime, en effet, le monde, les hommes et les femmes qui le peuplent. Vision planétaire, donc, chez ce poète mais aussi ancrage dans une terre, un terroir, celui du Morvan où elle aime à se ressourcer. Telle est, multiple et une, le poète Marie-Edith Lande. Il est bon qu'elle ait enfin senti la nécessité de porter ses poèmes à la lumière ; la poésie a besoin, pour exister vraiment, de la respiration et du regard des autres. Elle est, ne l'oublions jamais, partage de l'essentiel.

  • Ce choix constitue le premier volume des poèmes écrits par Daniel Gélin au cours des dernières années. Le lecteur va découvrir ou retrouver la richesse lyrique, le regard fraternel, l'écriture si personnelle du comédien-poète-jardinier qu'est depuis toujours Daniel Gélin. Il y a là un « ton » singulier, dont il faut sans doute chercher les origines dans le fait que Gélin est à la fois un homme de la parole et de l'écrit. Ces poèmes ont une « cadence » bien à eux, qui fait surgir des images souvent inattendues, au service d'une sensibilité à vif. Qu'il nous parle de son jardin - et avec quelle discrète éloquence - ou des êtres qu'il aime, le poète le fait avec cette émotion retenue que l'acteur a toujours su mettre dans ses rôles. Voici une poésie humaniste, au meilleur sens du mot, c'est-à-dire une poésie du coeur.

  • Appels d'être, appels d'air. Dans l'atelier de l'été, les mots se liment, s'affûtent, se dansent sorciers, sourciers. Ils transpirent une vérité de chair et d'âme, d'os et de sang. Ils traquent, ils brûlent, ils célèbrent. Quand ils chantent « en chanson dans le texte », c'est de la même voix porteuse de rage profonde et d'effervescente fraternité. Un seul mot d'ordre ou de désordre : Vivant !

  • Cette anthologie personnelle regroupe dans sa première partie un choix de poèmes extraits d'une demi-douzaine de recueils de La Nuit introuvable jusqu'à Les Fous de Bassan. La seconde partie est composée de poèmes inédits ou parus dans des éditions à tirage très limité. Le poète chante le clair et l'obscur, le feu et la neige, la terre et la mer. Annie Salager écrit sous le signe du mysticisme charnel, ce qui ne l'empêche pas d'être présente au monde, au quotidien, à l'histoire.

empty