Hugues Demeude

  • Chaque jour, tout autour de la planète, la nature fait des merveilles. Animaux, végétaux et champignons : trois mondes étroitement reliés développent des trésors d'ingéniosité pour répondre à leurs besoins vitaux : reproduire, croître, se nourrir, se déplacer, apprendre, se défendre, guérir, communiquer...
    C'est ainsi que l'hippocampe mâle est « mis enceint » ; la tortue olivâtre détermine le sexe de son embryon ; le poisson-éléphant, grâce à son sixième sens électrique, se déplace par électrolocation ; le pigeon voyageur s'oriente en enregistrant les valeurs du champ magnétique terrestre ; les phasmes experts déploient un art du camouflage en cache-cache, ou encore, le tabac sauvage appelle les guêpes prédatrices à l'aide au moyen de molécules de signalisation.

    Cet incroyable voyage grandeur nature lève le voile sur les capacités prodigieuses du monde vivant, étudié avec passion par les scientifiques du monde entier.

  • Ils ont surgi dans notre environnement familier sans crier gare : la borrelia (la maladie de Lyme), le virus de la dengue et du chikungunya transmis par les moustiques tigres qui poursuivent leur implantation sur le territoire national à la faveur du réchauffement climatique, ou les agents pathogènes des chenilles processionnaires qui remontent vers le nord de la France depuis quelques années. D'autres fléaux s'attaquent spécifiquement aux animaux : le varroa destructor, affectant durablement la santé des colonies d'abeilles. Les apiculteurs redoutent plus que tout aujourd'hui l'invasion depuis l'Italie du Sud d'un fléau encore plus destructeur : le coléoptère aethina tumida.
    Autre ravageur qui s'en prend, lui, aux grenouilles reinettes : la grenouille taureau originaire de Floride, ou bien encore la Plathelminthe, sorte de sangsue en provenance de Nouvelle-Zélande qui avale les vers de terre et entraine un déséquilibre dans les milieux naturels.
    Également : les parasites et autres champignons qui s'attaquent aux végétaux, portés notamment par les vecteurs de communication qui font du monde un village global : le parasite Cynips qui s'attaque aux châtaigniers de haute Corse, ou le champignon Chalarose qui a pris spécifiquement pour cible les frênes de l'Est de la France (exporté vraisemblablement depuis la Pologne).
    Pourtant, devant l'émergence de ces nouveaux fléaux, nous ne sommes pas sans bouclier. Des experts spécialistes les suivent à la trace, engagés dans une lutte contre leur propagation. Chercheurs dans des établissements publics et autres réseaux d'observation, ils assurent une surveillance biologique du territoire et mènent des enquêtes épidémiologiques très pointues pour remonter les filières.

  • Portés par le sens de l’intérêt général, ils s’engagent chaque jour au plus proche de la détresse. Ultime rempart face aux crises naturelles, sociales et morales, nos pompiers représentent aussi le dernier pilier du service public de proximité, en tout point de l’Hexagone. Forces vives de la nation, ils sont porteurs des valeurs de solidarité, d’égalité et de camaraderie. Ce livre de référence réalisé par des spécialistes reconnus du monde des sapeurs-pompiers nous dévoile comme jamais le portrait de ces citoyens exemplaires, en nous faisant prendre conscience des enjeux de société dont ils sont les éclaireurs.


  • " les chefs-d'oeuvre du monde entier naissent libres et égaux ".
    c'est en réponse à ce manifeste rédigé par le collectionneur jacques kerchache en 1990 que le président de la république jacques chirac décide de mener à terme un projet ambitieux : réunir dans un même édifice les collections françaises d'arts non occidentaux. c'est ainsi que sont désarmais présentés 3 500 chefs-d'oeuvre d'afrique, amériques, océanie et asie parmi les 300 000 objets rassemblés dans un bâtiment exceptionnel, conçu par jean nouvel.
    cet ouvrage, qui retrace la genèse du projet, évoque également les différentes phases des cinq années de chantier et détaille les spécificités de l'architecture du musée. avec sa longue galerie d'exposition qui épouse la courbe de la seine, son mur végétal et son jardin vallonné, le musée du quai branly est un lieu de découverte et d'émerveillement qui participe de façon active à l'apprentissage du regard et incite au respect de civilisations méconnues.


  • Partir & mediter - 80 lieux pour se ressourcer Nouv.

    Partir tout près, un peu plus loin ou très loin... pour se déconnecter et se réapproprier le temps. Les lieux de retraite connaissent un succès grandissant, tant nous ressentons l'urgence d'échapper à la modernité trépidante.
    En France, en Europe comme sur d'autres continents, Hugues Demeude et Stéphane Gautier, grands voyageurs en quête d'authenticité, ont choisi 80 lieux propices à méditer, robinsonner, ressentir, explorer ou encore agir en faveur des Autres et de l'environnement :
    -sites patrimoniaux emblématiques empreints de siècles d'histoire -édifices spirituels, abbayes, monastères ou ermitages -et simples paysages dans lesquels plonger son regard Croyant ou non croyant, chacun y trouvera l'environnement propice au ressourcement, en retrait du monde.

    Quelques étapes de ce cheminement à parcourir sans hâte et tous sens en éveil :

    En France Abbaye de Cîteaux Abbaye de Sénanque Abbaye du Mont-Saint-Michel Ermitage abbaye de Saint-Martin-du-Canigou Forêt de Brocéliande Les méandres de la Loire Hors de France Monastère de Kopan (Inde) Monastère de Montserrat (Espagne, Catalogne) Findhorn. L'osmose avec la nature (Écosse) Col du Grand Saint-Bernard, la beauté minérale de ces sommets alpins (Suisse).
    Ashiyana, le village de retraite de yoga à Goa (Inde) Goumer, dans le désert marocain Voyage zen au temple japonais Rengejo-In : au berceau du bouddhisme Shingon.
    Retraite chamanique à Iquitos au Pérou Angkor Vat (Cambodge)

  • C'est sur les fosses 9 et 9 bis des anciennes mines de Lens que s'élève aujourd'hui le musée du Louvre-Lens qui a ouvert en décembre 2012: tout un symbole !

    Pourquoi un second Louvre ? Pour renouveler le regard porté sur les oeuvres et la manière de les présenter. Un défi que l'agence d'architecture japonaise Sanaa (Kazuyo Sejima et Ryûe Nishizawa) a relevé de façon subtile et inventive.

    Cinq bâtiments sont construits au centre d'un parc, quatre rectangles et un carré. Les façades sont en verre, pour rendre le musée transparent, ou en aluminium, pour refléter le parc. Le Louvre-Lens n'est donc pas un lieu spectaculaire, qui s'impose dans le territoire. Son insertion dans le parc imaginé par la paysagiste Catherine Mosbach est inspirée de la mémoire de la mine. Les bâtiments semblent glisser sur la nature. La recherche de cette harmonie avec l'environnement donne au musée un aspect révolutionnaire.

    Musée doublement révolutionnaire car il va faire naître une autre idée du musée. Pour voir ce que la civilisation de Sumer produisait au même moment que celle des Pharaons, il faut courir d'un département à l'autre du Louvre. À Lens, le visiteur déambulera en contemplant ces oeuvres les unes près des autres, dans un parcours chronologique et géographique visant à les faire dialoguer entre elles (205 oeuvres du Louvre présentées).

  • Les forêts recouvrent 31 % de notre territoire, soit près de 17 millions d'hectares. Un patrimoine considérable aujourd'hui en grande détresse : sécheresses à répétition, attaques parasitaires sans précédent, risques d'incendie de grande ampleur, mais aussi morcellement de la propriété et industrialisation à marche forcée...

    À l'heure où les enjeux environnementaux et la protection de la biodiversité sont plus que jamais d'actualité, l'État a progressivement abandonné la forêt française aux seuls intérêts privés. En témoignent la faillite de l'Office national des forêts et son démantèlement organisé pour des raisons budgétaires.

    Au fil d'une enquête inédite et très documentée, les auteurs dénoncent les mécanismes à l'oeuvre dans la fragilisation de nos forêts et la responsabilité de nos dirigeants, qui ont fait le choix du profit à tout prix, plutôt que de la préservation de ce bien commun. Ils montrent aussi qu'une autre sylviculture, inspirée des processus naturels, est possible pour inventer les forêts de demain.

  • Deux Français sur trois vivent à moins de 75 kilomètres d'une centrale alors que la menace d'un accident grave n'a jamais été aussi forte. Malgré les discours rassurants des défenseurs du nucléaire, la situation dans nos 19 centrales est plus que préoccupante : réacteurs obsolètes, cuves fissurées, enceintes de « confinement » passoires, équipements essentiels non conformes... Risques internes ou externes : tout est réuni pour que survienne une catastrophe.

    Financièrement exsangues, EDF et Areva manoeuvrent pour imposer la prolongation de leurs centrales au-delà du raisonnable. Or, 48 réacteurs (sur 58) atteindront d'ici à 2028 le seuil critique des 40 années de fonctionnement. Sans plan de transition énergétique, ladite autonomie de la France est en train de se transformer en piège...

  • Pour en finir avec un mensonge d'État !
    Deux Français sur trois vivent à moins de 75 kilomètres d'une centrale nucléaire alors que la menace d'un accident grave n'a jamais été aussi forte.
    Au-delà des discours si rassurants des défenseurs du nucléaire, la situation dans nos 19 centrales est plus que préoccupante. Comme le révèle cette enquête, de nombreux réacteurs ont très mal vieilli (notamment à Gravelines, au Bugey ou à Tricastin) : cuves fissurées, enceintes de « confinement » passoires, équipements essentiels non conformes... Tout est réuni pour que survienne une catastrophe. Sans compter, les risques externes, sans cesse minimisés, qui, à l'image du dangereux barrage de Vouglans dans le Jura, menacent la sûreté de certaines centrales.
    Financièrement exsangue, incapable d'investir dans de nouveaux outils de production, EDF manoeuvre pour imposer la prolongation de ses centrales au-delà du raisonnable. Cette impasse financière, technique et humaine intervient à un moment clé : 48 réacteurs (sur 58) vont atteindre d'ici à 2028 le seuil critique, considéré comme maximal, des 40 années de fonctionnement.
    Parce que le complexe nucléaire tricolore est aujourd'hui en faillite, en raison des gestions hasardeuses des deux principales entreprises publiques (EDF et Areva), parce que la France a lié son avenir à celui du nucléaire en retardant toute vraie transition énergétique, le piège est en train de se refermer.
    Et ça se passera près de chez vous...

  • A la fois ouvert sur l'atlantique vers lequel se sont élancés il y a cinq cents ans de grands navigateurs en quête de nouvelles routes maritimes, et adossé à l'espagne qui lui a longtemps contesté sa souveraineté, le portugal est le petit pays d'une vieille nation européenne aux multiples expressions régionales.
    Qu'il s'agisse au nord du minho vallonné et couvert de vignes, des vallées du douro, des montagnes du tras-os-montes, ou au sud des plaines ondoyantes de i'alentejo, le fort ancrage rural de la population a fait naître des particularismes où se reflètent des manières de vivre bien différentes. l'exode rural vers les villes du littoral - lisbonne et porto en tête qui sont devenues deux grandes agglomérations - ainsi que le rapide développement économique qui a permis de moderniser le pays depuis une quinzaine d'années, n'ont pas gommé la richesse de cette diversité culturelle où la cordialité et le souci du prochain priment toujours.
    Et c'est là une des raisons fortes pour laquelle le voyageur se sent bien au portugal...

  • La vache occupe une place à part dans notre inconscient collectif. Emblème de la France rurale, star de cinéma, icône publicitaire, elle exerce sur nous un étrange pouvoir de séduction qui semble inaltérable. Dans ces pages qui fleurent bon le foin, l'étable et la campagne, Bruno Compagnon et Hugues Demeude brossent le portrait de toutes les races bovines de l'Hexagone, et de ceux qui les élèvent avec passion. L'occasion aussi de découvrir un monde agricole en constante évolution où tradition et modernité s'harmonisent au coeur de nos régions. Redécouvrez l'animal domestique le plus tendance du moment qui a bien compris, lui, que le bonheur est dans le pré ! Meuh si !

  • Trente-six ponts se dessinent en enfilade sur le cours de la Seine, invitant les Parisiens à franchir leur fleuve. Une telle densité d'ouvrages d'art n'existe dans aucune autre cité. Ponts de pierre et de métal, suspendus ou à arches multiples, ils garantissent l'homogénéité de la capitale : grâce à eux, aucune des deux rives ne s'est développée au détriment de sa soeur rivale. Voies de passage et de rattachement, les ponts conservent la mémoire de Paris. Au Moyen Âge, certains étaient dotés de péages, et d'autres, comme le pont Marie, d'immeubles. Bien plus tard, Napoléon III a gravé sur les ponts au Change et Saint-Michel son initiale entourée d'une couronne impériale.
    Les ponts sont aussi le lieu d'un théâtre flottant : les mascarons, masques grimaçants du pont Neuf, les fastes du pont Alexandre-III offrent un luxe de décorations et de représentations. Ces monuments éminemment populaires constituent d'imprenables balcons sur la Seine, à commencer par le pont Neuf - le plus ancien, inauguré en 1607 par Henri IV et qui était alors le seul à ne pas avoir d'immeubles obérant la vue sur le fleuve. Ce pont est longtemps demeuré le coeur de la capitale, l'endroit où le Tout-Paris se côtoyait.
    Aujourd'hui, les ponts continuent d'offrir un espace de liberté ouvert à tous les vents, refuge des désoeuvrés et des amoureux suspendus dans cet entre-deux de la ville.

empty