Marie-Agnès Bavay-Bezançon

  • Début XXe, Amélia, jeune et riche héritière de vignerons français doit fuir sa terre natale, le Brésil, pour rejoindre le berceau familial au sein duquel elle compte bien s'accomplir. Rio, Cayenne, Issoudun, Paris, Londres, Phnom-Penh... De péripétie en péripétie, elle s'embarque dans le tourbillon libéré et tragique de la Belle Epoque, frappée de modernisme galopant. Son destin extraordinaire l'entraîne au pinacle d'un monde pailleté, puis dans les caniveaux d'une société cynique où les codes s'appellent argent, corruption, cupidité, luxure... Artiste ou femme d'affaires, pourra-t-elle dompter la fatalité ? Troisième volet de la saga familiale Les Vignes de l'Exil, Amélia se lit aussi comme un roman indépendant. L'histoire, à la fois pétillante et grave, dépayse et interpelle. Ce roman s'aventure au passé lointain d'une très vieille intrigue, et transporte aussi aux confins de l'amour, un amour longtemps refoulé, mais qui n'en soufflera pas moins son dernier mot.

  • 1 860. Un demi-siècle s'est écoulé depuis que Moïse Lefort a planté son premier rang de vigne en terres berrichonnes. À l'heure où le chemin de fer permet une commercialisation industrielle du vin, ses héritiers sont devenus prospères et l'argent coule à flots. Au Domaine du Tertre, les têtes tournent, tandis que l'esprit vigneron s'évanouit. Déçus par une relève inexistante, les aïeux Lefort ont recours à un maître de chai consciencieux, Mazurel, afin de perpétuer le métier. L'ingéniosité, le pragmatisme, de ce nouveau venu évoluent très vite en ciment salvateur pour une dynastie crevassée par les mondanités et les déchirements. C'est alors qu'un petit puceron nommé phylloxéra arrive pour réclamer ses droits sur le vignoble. Seul un très vieux secret pourra, peut-être, éviter le pire...

empty