Pierre Pinta

  • A mi-chemin entre l'Europe méditerranéenne et l'Orient, le Liban possède un très riche héritage archéologique et culturel qui remonte à l'époque phénicienne. Ce guide présente les complexités historiques de ce pays qui a de tout temps exercé une grande fascination sur les voyageurs européens. Les diverses religions ainsi que toutes les facettes culturelles des différentes populations y sont décrites. Une visite du pays, des renseignements pratiques, des cartes, ainsi que les plans des principaux sites et monuments tels que Baalbek, Byblos et Beit ed-Dine complètent cet ouvrage.

  • Enfants de la Loire et de l'océan. Enfants de la glèbe et du sable, nous sommes nés nantais, angevins ou vendéens. mâtinés de breton et de poitevin ! Enfants de la guerre, qui coupa le pays en deux et suscita la haine. Période terrible, soumise aux diktats de l'occupant et de Vichy, unis dans leur volonté d'asservir et de diviser la nation. Période d'espoir aussi, qui vit les Cadets livrer un ultime baroud, les fusillés de Chateaubriand tomber pour la liberté et des anonymes risquer leur vie en cachant des juifs d'Angers, du Mans ou de Nantes.
    La reconstruction allait nous inciter à retrousser les manches et à bâtir une région plus solidaire, résolument tournée vers l'avenir. Il fallait néanmoins vaincre les réticences, très fortes dans cet ouest catholique et rural. Un peu partout dans ce qui allait devenir les Pays-de-la-Loire (en 1955), on vit éclore ici une usine, là une coopérative agricole.
    Matériau bon marché, le béton offrait une foule d'opportunités, des HLM aux villas de bord de mer en passant par les cinémas !
    Les trente glorieuses ont profondément transformé la région, sans toutefois lui avoir fait perdre ses traditions et son esprit, qui oscille entre conservatisme et rébellion.

  • La libye

    Pierre Pinta

    • Karthala
    • 1 Février 2006

    Depuis plus de trente ans, la Libye est associée à la personnalité haute en couleur de son dirigeant, le colonel Muammar Kadhafi, apparu sur la scène politique en 1969, à l'occasion du renversement d'Idriss, premier et dernier souverain de la Libye indépendante depuis 1950.
    Kadhafi s'est fait connaître autant par ses prises de positions tranchées - sur l'islam, sur le panarabisme, puis le panafricanisme, sur le tiers-mondisme... - que par ses revirements parfois spectaculaires. Cet " opportunisme " a permis à la Grande Jamahiriyya arabe, libyenne, socialiste et populaire, nom officiel de la Libye actuelle, de traverser l'histoire contemporaine sans gros dégâts. Toutefois l'histoire de la Libye ne commence ni en 1969 ni même en 1950.
    Elle fait partie de celle des peuples de l'Antiquité qui se sont épanouis autour de la mer Méditerranée. En effet, la première " civilisation libyenne " est née dans le Fezzan, il y a environ 10 000 ans. Les Berbères y ont développé une civilisation raffinée et prospère, qui avait déjà aménagé les principales oasis du Sahara. Un vaste mouvement migratoire devait les mener en Egypte où ils fondèrent la XXIIe dynastie.
    Plus tard se succédèrent sur le littoral libyen les Phéniciens, les Grecs et les Romains qui y ont tous laissé des traces encore visibles. Avec l'islamisation de l'Afrique du Nord au VIIe siècle, la vieille civilisation antique est balayée et remplacée par une société où s'imposent la culture bédouine et la religion. Après avoir farouchement résisté, les Berbères ont fini par incarner un islam puritain et intransigeant.
    Arabes et Berbères ont alors façonné une société originale où s'opposent deux forces principales, la citadine et la bédouine. Des siècles de domination ottomane puis italienne, ainsi que l'intrusion de la modernité, ne l'ont pas fondamentalement transformée. Ainsi, en s'appuyant sur l'islam et le désert, la confrérie de la Sanûsiyya est parvenue à créer une identité libyenne, dont les Karamânli, au XVIIIe siècle, avaient jeté les bases.
    Une " vision " que Kadhafi a reprise à son compte. Aujourd'hui, après des années d'embargo, les sanctions sur la Libye ont été levées. Ce pays, peu peuplé et dont le sous-sol renfermerait au moins 5 % des réserves mondiales d'hydrocarbures, attire les immigrants subsahariens et les capitaux étrangers, ainsi que les touristes, qui partent à la découverte d'un patrimoine naturel et culturel exceptionnel et méconnu.

  • Capitale du Fezzan, Sebha a connu ces dernières décennies une croissance spectaculaire. Promue "ville d'Etat" et "porte de l'Afrique" par la volonté de Muammar Kadhafi, cette modeste oasis riche de ses hydrocarbures et de ses immenses aquifères fossiles est devenue la plus grande agglomération du Sahara. Soumise aujourd'hui à une très forte pression démographique et à une exploitation intensive, la "cité des sables" n'a d'autre choix que d'imaginer une nouvelle forme de développement.

  • Liban

    Pierre Pinta

    • Olizane
    • 24 Novembre 1997
  • L'Irak

    Pierre Pinta

    Voilà maintenant plus de vingt ans que la " question irakienne " est au centre d'une actualité dramatique.
    Soumis depuis 1990 à un embargo sans précédent, les Irakiens n'en finissent pas de payer la très lourde facture de l'édification d'un Etat-nation, voué à la glorification d'un passé mythique (Babylone) et à son rôle de " grande puissance " du monde arabo-musulman. Car si la civilisation dont est issu l'Irak plonge ses racines dans le limon sumérien, cinq mille ans avant notre ère, l'État par contre n'a pas un siècle d'existence.
    Né en effet de l'effondrement de l'Empire ottoman (1920), l'Irak moderne, indépendant depuis 1980, a forgé son identité dans l'anticolonialisme et le panarabisme. Au-delà des clichés et des fantasmes véhiculés par l'Occident, on se souviendra que c'est sur cette terre, l'antique Mésopotamie, la " terre entre-les-fleuves ", que sont nés l'agriculture, l'écriture et le monothéisme (Abraham). Là qu'est née la première forme élaborée de l'État : la " cité-État " (Uruk).
    Là aussi que les Anciens situaient le jardin d'Éden, baigné par le Tigre et l'Euphrate. Là enfin que fut édifié l'un des monuments les plus célèbres de l'humanité, la fameuse tour de Babel, que ses bâtisseurs voulaient " aussi hante que les cieux "... Aujourd'hui, alors que le contrôle des immenses réserves de pétrole de la Mésopotamie pourrait déboucher sur un conflit, il revient aux Irakiens, et à eux seuls, d'imaginer une société nouvelle, respectueuse de ses traditions mais débarrassée de ses fantômes et de ses peurs.
    Un défi à la hauteur de la plus vieille de nos civilisations.

  • Enfants de ; 1962 : nos années jeunesse Nouv.

  • Au temps des Grecs, puis des Romains, les riches cités côtières de Libye bénéficièrent de l'important commerce caravanier qui apportait vers la Méditerranée la poudre d'or, l'ivoire, les autruches et les esclaves. Cyrène, Apollonia, Lepcis Magna, Ptolémaïs abritaient alors des théâtres aux couleurs du pain doré, des forums, des forêts de colonnades, des basiliques pavées de délicates mosaïques, avec la mer comme toile de fond dont on peut aujourd'hui encore admirer les ruines. Plus au sud, dans sa partie saharienne, la Libye a vu fleurir, dans le Messak Settafet, des milliers de gravures rupestres qui datent de l'époque où le Sahara était une savane verdoyante.
    Aujourd'hui, après des années passées au ban des nations, le pays s'ouvre
    au tourisme dont le potentiel est immense. La Libye offre les trésors de son
    histoire écrits dans la pierre ou le sable: les vestiges des sites gréco-romains
    peuvent être visités pratiquement sans restriction. Quant aux magnifiques
    paysages sahariens, ils réunissent tous les amoureux du désert.

  • Dans La Comédie humaine, Honoré de Balzac brosse de Paris un tableau saisissant :
    S'y côtoient l'argent et la misère, l'élégance et le mauvais goût, l'honneur et l'infamie.
    Si le baron Haussmann l'a embourgeoisée, la ville n'a cependant jamais perdu cette culture populaire qui fait son charme, sa gouaille, son humanité et son esprit frondeur.
    Vers la fin des années 1950, c'est un crime que l'on s'apprête à commettre : au nom d'une « modernité à la française », on a décidé de « transformer » Paris... Des quartiers sont ainsi promis à la démolition, d'autres en passe d'être défigurés, livrés aux facéties et aux égarements d'urbanistes « éclairés » !
    Pour loger une population déboussolée et de plus en plus bigarrée, on construit des dalles, des tours et des barres de béton ; pour amener la voiture jusqu'au coeur de la cité, on crée des radiales, des transversales et des pénétrantes. Pendant près de deux décennies, durant les années 1960 et 1970, on rase et on éventre une grande partie de la capitale.
    Paris outragé, abîmé, dénaturé ; mais aussi Paris insurgé (1968-1975), période qui mettra un terme au saccage programmé.

  • À mi-chemin entre l'Europe méditerranéenne et l'Orient, le Liban possède un très riche héritage archéologique et culturel qui remonte à l'époque phénicienne. Ce guide présente les complexités historiques de ce pays qui a de tout temps exercé une grande fascination sur les voyageurs européens. Les diverses religions ainsi que toutes les facettes culturelles des différentes populations y sont décrites. Une visite du pays, des renseignements pratiques, des cartes, ainsi que les plans des principaux sites et monuments tels que Baalbek, Byblos et Beit ed- Dine complètent cet ouvrage.

empty