• Devenue une référence dans l'histoire du livre de photographie, la collection Photo Poche poursuit son travail de dévoilement des grands noms, courants et écoles de l'histoire de la photographie. Première collection de livres de photographie au format de poche, elle propose des ouvrages soigneusement imprimés, maniables par leur format, accessibles par leur prix, à tous ceux que passionne un moyen d'expression dont on reconnaît aujourd'hui l'importance. Ses différentes déclinaisons (histoire, société...) couvrent tous les champs de la photographie et constituent une iconographie d'une exceptionnelle richesse et diversité.
    En cent quarante-quatre pages et soixante-quatre photographies reproduites en couleur et duotone, Photo Poche donne à voir l'essentiel d'une oeuvre de Nadar à Henri Cartier-Bresson, des pictorialistes aux grands noms du photoreportage. Les monographies des grands maîtres du médium alternent avec les sujets thématiques essentiels qui de La Nature morte au Nu déploient les différentes approches d'une esthétique du XIXe siècle à nos jours. Chaque titre est préfacé de manière didactique par un spécialiste du sujet abordé et enrichi de notices biographiques et bibliographiques régulièrement remises à jour.

  • Autoportrait

    Man Ray

    Duchamp vint en fin d'après-midi et m'emmena dans un café des boulevards oú les jeunes écrivains dadaïstes, se retrouvaient régulièrement avant dîner.
    Une demi-douzaine d'hommes et une femme étaient assis autour d'une table, dans un coin isolé. après les présentations, nous essayâmes de converser. jacques rigaut, qui parlait quelques mots d'anglais, traduisait les questions et les réponses. c'était assez sommaire, et pourtant je me sentis à l'aise avec ces inconnus qui semblaient m'accepter comme un des leurs, sans doute à cause des goûts qui m 'étaient attribués.
    En outre, ils semblaient déjà au courant de mes activités new-yorkaises. andré breton, qui devait quelques années plus tard fonder le mouvement surréaliste, paraissait déjà dominer les autres et portait sa tête imposante comme un défi; louis aragon, écrivain et poète, semblait également sûr de lui et quelque peu arrogant. le poète paul eluard, avec son grand front, ressemblait à une version, en plus jeune, du portrait de baudelaire que j'avais vu dans un livre.

  • Anglais Self-portrait

    Man Ray

    An autobiography, in which the author - painter, photographer, sculptor, film maker and writer - relates the story of his life, from his childhood determination to be an artist and his technical drawing classes in a Brooklyn high school, to the glamorous and heady days of Paris in the 1940s.

  • Photographe, peintre, cinéaste, mais aussi bricoleur, inventeur ou joueur d'échecs comme son ami Marcel Duchamp, Man Ray nous a laissé toute une série de courts textes (préfaces de catalogues d'exposition, essais, billets d'humeur, etc.).
    Témoins des différentes expérimentations qu'il a menées pendant près de soixante années de carrière, ses textes sont riches d'enseignement sur les développements de l'art moderne dans la première moitié du siècle. Chacun de ces écrits, du plus sérieux au plus ludique, ne traduit aucune philosophie de l'art, ni prises de position esthétiques particulières. La simplicité de ses propos, quelquefois même la drôlerie, autant que la diversité des sujets abordés, est emblématique de l'éventail de ses savoirs et de ses savoir-faire.

  • Ce recueil est un modèle de complicité artistique, les deux auteurs engendrant une oeuvre qui exige que les dessins de l'un et les poèmes de l'autre demeurent indissociables. Renversant l'ordre habituel des choses, Paul Éluard avait d'ailleurs tenu à préciser sur la page de titre du manuscrit de travail des Mains libres que c'était lui, le poète, qui avait « illustré » les dessins de Man Ray. En fait d'illustrations, les textes entrent plutôt en résonance intuitive avec les propositions graphiques : on dirait face à face des traits et des mots qui, tous, ont finalement fonction d'embarcadères et prennent un malin plaisir à jouer de l'égarement ou à décupler les destinations imprévues.
    Toutes les pages de ce livre témoignent d'une intuition active et partagée, toujours en mouvement, toujours éclairante. Deux artistes, avec leurs armes propres, y découvrent leur champ commun. Ils ont les mains libres, mais avec, en plus, le bonheur d'être ensemble.

  • La révolte dadaïsto-surréaliste emprunta également la forme de la parodie obscène. T émoin ce livre ostensiblement scandaleux et blasphématoire où rien n'est caché de l'anatomie de Kiki de Montparnasse, et où Aragon, avant de passer avec armes et bagages allégés dans le camp du puritanisme stalinien, livre divers pastiches pornographiques de poèmes, chansons anciennes et comptines.

  • Une analyse de l'oeuvre au programme du bac 2014 de littérature française en Tle L.

    Les Mains libres, le recueil du poète Paul Éluard et de l'artiste Man Ray, est au programme du bac 2014 de littérature française en terminale L, en lien avec l'objet d'étude " Littérature et langages de l'image ".

    Ce Profil du bac en propose une analyse approfondie en deux parties.

    1. Le résumé et les repères pour la lecture La présentation de tous les poèmes et dessins du recueil 2. Les problématiques essentielles Éluard et le surréalisme - Comment le langage " illustre " les dessins - L'image de la femme - Poésie et politique - La figure du poète...

  • En 1935, Man Ray réalise une série de photos de Nusch, la seconde femme de Paul Éluard, rencontrée en 1929. C'est sur ces images qu'Éluard écrit les poèmes d'amour de Facile, publié dans une mise en pages magistrale par le poète-typographe Guy Levis Mano.

    Man Ray suit très attentivement toutes les étapes de la fabrication de ce livre
    raffiné, un des très beaux livres surréalistes illustrés par la photographie.

empty