• «Et si le care devenait, enfin, l'affaire de tous ?»

    À la racine des inégalités de notre organisation sociale, il y a cette idée qu'une femme, c'est toujours un peu moins légitime, compétent, important qu'un homme. Voilà pourquoi on craint, à chaque soubresaut de l'histoire, que ne se réalise la prédiction de Simone de Beauvoir : «Il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse, pour que les droits des femmes soient remis en question.» De fait, la parole d'expertise et de pouvoir des hommes a repris le dessus durant la crise, alors même que nous redécouvrions que le vaste peuple, aussi indispensable qu'invisible, des travailleurs qui prennent soin des autres était massivement constitué de femmes. De sorte que le combat féministe pour l'égalité peut s'identifier à la défense d'un projet de société qui, au nom de notre vulnérabilité commune, reconnaisse enfin une valeur au travail du soin et à la contribution de chacun plutôt qu'au pouvoir de quelques-uns. Telle est l'éthique démocratique du care.

  • «Et si le care devenait, enfin, l'affaire de tous?» À la racine des inégalités de notre organisation sociale, il y a cette idée qu'une femme, c'est toujours un peu moins légitime, compétent, important qu'un homme. Voilà pourquoi on craint, à chaque soubresaut de l'histoire, que ne se réalise la prédiction de Simone de Beauvoir : «Il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse, pour que les droits des femmes soient remis en question.» De fait, la parole d'expertise et de pouvoir des hommes a repris le dessus durant la crise, alors même que nous redécouvrions que le vaste peuple, aussi indispensable qu'invisible, des travailleurs qui prennent soin des autres était massivement constitué de femmes. De sorte que le combat féministe pour l'égalité peut s'identifier à la défense d'un projet de société qui, au nom de notre vulnérabilité commune, reconnaisse enfin une valeur au travail du soin et à la contribution de chacun plutôt qu'au pouvoir de quelques-uns. Telle est l'éthique démocratique du care.

  • « En quelques années, nous pourrions mettre fin à l'extrême misère: qu'attendons-nous ? » Chacun d'entre nous a intérêt à vivre dans un monde sûr, où la richesse est justement répartie. Nous pourrions y être. Nous n'y sommes pas. Nous avons les moyens d'y être dans dix ans, nous n'en prenons pas le chemin.
    L'aide au développement est aujourd'hui notre unique instrument de redistribution planétaire des ressources publiques. Mérite-t-elle les critiques, les caricatures, les procès en inefficacité, gaspillage, détournement, assistanat, néocolonialisme et j'en passe ?
    Qu'attend-on pour aider les Français à y voir plus clair, pour pousser les gouvernements à revoir leurs ambitions à la hausse ?
    Ce livre s'adresse à ceux qui veulent comprendre, réfléchir, et agir.
    N.V.-B.

  • "En quelques années, nous pourrions mettre fin à l'extrême misère : qu'attendons-nous ?
    Chacun d'entre nous a intérêt à vivre dans un monde sûr, où la richesse est justement répartie. Nous pourrions y être. Nous n'y sommes pas. Nous avons les moyens d'y être dans dix ans, nous n'en prenons pas le chemin.
    L'aide au développement est aujourd'hui notre unique instrument de redistribution planétaire des ressources publiques. Mérite-t-elle les critiques, les caricatures, les procès en inefficacité, gaspillage, détournement, assistanat, néocolonialisme et j'en passe ?
    Qu'attend-on pour aider les Français à y voir plus clair, pour pousser les gouvernements à revoir leurs ambitions à la hausse ?
    Ce livre s'adresse à ceux qui veulent comprendre, réfléchir, et agir."
    N.V.-B.

  • De A comme ASSISTANAT... à Z comme ZERO IMMIGRE Si le FN prospère, c'est parce que la droite l'imite et que la gauche l'évite. Le FN a changé de prénom, pas d'idées. Il ne suffit pas de se déclarer républicain, social et laïc plutôt que raciste, chrétien et ultralibéral pour le devenir : il faut le prouver avec un programme.
    Sous forme d'abécédaire, Najat Vallaud-Belkacem et Guillaume Bachelay, jeunes secrétaires nationaux du PS et élus locaux, examinent les principaux arguments du Front national version Marine Le Pen et les démontent un à un, avec rigueur et sans grands discours. Ménages et PME auraient-ils intérêt à un retour du franc ? Agriculteurs et salariés seraient-ils renforcés par le rétablissement des frontières douanières à l'échelle de l'hexagone ? La France et l'Europe peuvent-elles se passer d'immigration et se développer ? Les services publics seront-ils plus performants s'ils sont réservés aux seuls " nationaux " ? Des tribunaux pénaux de proximité rendraient-ils la justice ou la vengeance ? Le progrès médical peut-il être assuré avec le refus de la recherche sur les cellules souches ? La culture peut-elle se réduire à la seule conservation ?
    Parce que le FN gagne de plus en plus de suffrages, il est urgent de réagir ! Voici un précis à l'usage des citoyens en quête de solutions efficaces et de réponses crédibles.

  • "Je sais bien, je m'étais juré que je ne raconterais pas. Que je garderais pour moi les années chères, chéries, et pas toujours faciles de l'enfance.

  • Najat Vallaud Belkacem est entrée en politique, au lendemain du 21 avril 2002. Séisme politique s´il en est qui a vu surgir au second tour de l´élection présidentielle le visage de Jean-Marie Le Pen. Elle s´est sentie pour une part « responsable », comme nombre de jeunes de sa génération, de cette « débâcle démocratique ».
    Dix ans ont passé, les choses n´ont guère changé, si ce n´est pour s´aggraver : l´abstention n´a jamais été aussi forte, le Front national mobilise un puissant vote d´adhésion et la droite représente l´exact opposé des valeurs qui lui sont proches -le sarkozysme en ayant, à ses yeux, accéléré la marche destructrice. La crise frappe la France, l´Europe et le monde, la politique est devenue sacrificielle : on promet du sang, de la sueur et des larmes sans perspective de lendemains qui chantent. Pour Najat Vallaud Belkacem, c'est une raison de plus pour affirmer que le progrès est encore possible par l´action politique et seulement par elle ! C´est cette conviction qu´elle souhaite mettre à l´épreuve de la réflexion dans ce livre où elle rassemble à partir de cette inquiétude démocratique toutes les raisons que nous avons d´espérer en l´avenir et elle n´a pas de mots assez durs pour fustiger les partisans de la décroissance, de l´écologie profonde, les apologistes du renoncement face aux forces du marché.
    Un ton nouveau en politique, par une jeune femme qui incarne la nouvelle génération du Parti socialiste et dont la voix comptera dans la campagne électorale de 2012.

  • Débat sur l'« identité nationale », déchéance de la nationalité française, stigmatisation des Roms... Pour détourner l'attention de la pauvreté de son bilan, la droite fait feu de tout bois et met gravement en péril la cohésion de notre société. Pourtant, entre ceux qui pensent naïvement que le temps pourra résoudre toutes les difficultés d'intégration des minorités visibles et les « différentialistes » qui ne savent lire les rapports sociaux et politiques que sous l'angle ethnique, une autre voie existe. Présentée dans cet essai, elle vise à mieux prendre en compte la pluralité visible de notre société en mettant en oeuvre des mesures fondées sur l'égalité des opportunités.

empty