33 jours qui ébranlèrent la Sorbonne

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

33 jours qui ébranlèrent la Sorbonne  (préface Charles Soulié) 

Liste

La Sorbonne, c'est à la fois l'alma mater, le coeur vibrant de l'ancien régime universitaire et un des nombreux centres des « événements de 1968 ». Occupée pendant 33 jours par les étudiant-es, les enseignants-es et les les non-enseignant-es, la Sor- bonne est au coeur de la contestation du système uni- versitaire et de la société tout entière. La vieille Sor- bonne n'y survivra d'ailleurs pas. Les 33 jours d'occupation ne viennent pas de nulle part. Au-delà des cliches véhiculés de commémora- tions en commémorations, la Sorbonne, alors prin- cipalement faculté des lettres et sciences humaines de Paris, est une des failles tectoniques d'un système d'enseignement supérieur en crise. C'est à la Sorbonne que le syndicalisme étudiant tente des expériences de démocratie directe, reven- dique le « pouvoir étudiant », c'est là que trouvent re- fuge les dissidences de gauche et que les groupes de la gauche révolutionnaire tiennent le haut du pavé. C'est vers la Sorbonne occupée par la police le 3 mai que convergent les manifestations. Après la nuit des barricades du 10 mai et alors que la grève géné- rale s'étend à partir du 13 mai, la Sorbonne, libérée le 13, devient un point de ralliement et un symbole. Durant 33 jours et 33 nuits d'occupation, étudiant-es et enseignant-es, inventent une autre université, en commissions, en assemblées. Tout ce qui était en ges- tation dans la phase précédente fait irruption. Elle est ouverte à l'extérieur, lycéen-nes, travailleur-euses et la population dans sa diversité viennent faire connais- sance avec ce monde étudiant, discuter politique, re- faire le monde. La Sorbonne s'organise, assure sa protection avec un service d'ordre, nourrit ses occupants, soigne ses blessés. La Sorbonne est un territoire libéré qui s'auto-administre. Le 16 juin, les étudiants quittent la Sorbonne. Mais rien ne sera plus comme avant. Au terme des trois années d'une « révolution universitaire post-1968 », la vieille Sorbonne se meurt, de nouvelles universités prennent la place. Cette invitation au voyage dans l'espace sorbon- nard, dans un temps court qui s'intègre dans les « an- nées 1968 », se mène à partir d'archives, publiques et privées, institutionnelles et militantes.

Grand format
15.00 €
Ajouter au panier

Autres informations

  • EAN 9782849506684
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 234 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 15 cm

empty